Conan

    |  4 |
    J'aime:
    - Alors qu'il se lance dans une mission de vengeance personnelle, Conan, légendaire guerrier, se rend rapidement compte qu'il est le seul sauveur possible d'Hyboria, aux prises d'une puissance maléfique surnaturelle. Remake des aventures adaptées des romans d'Howard, Conan est un film d'aventure musclé et haletant.
    Affiche du film Conan
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Conan

    UTILISATEURS
    (2.7 pour 114 notes)
    + Fiche complète

    Conan : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Conan le Barbare
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Kull, le conquérant
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Conan le destructeur
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Kingdom of Gladiators
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film King Rising, au nom du Roi
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Donjons &amp; Dragons
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Conan

    Les aventures de Conan à travers le continent d'Hyboria, en quête de vengeance suite au meurtre de son père et du massacre de son village.

    Photos du film Conan

    Ajouter une photo du film Conan

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Conan
    Conan - Bande-annonce VF
    Bande-annonce VF
    11794 Vues

    Listes avec le film Conan

    Ajouter une liste au film Conan
    Au début des années 2000, un sortilège a frappé les jeunes esprits : les séries littéraires d'aventure fantastique ! Au premier rang de celles-ci, la saga Harry Potter bien sûr. Le cinéma prit vite le...
    On ne prend pas les mêmes, certes, mais on recommence! Votez tout au long de l'année pour les films qui vont jalonner - et marquer - VOTRE année 2011. A vos clics, et bons films!
    Vous cherchez une liste des meilleurs blockbusters du cinéma mondial ? Votre recherche s'arrête ici puisque cinetrafic a compilé une liste des plus gros films à succès de l'histoire du cinéma....

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Conan
    Nio_Lynes
    Le 18/12/2011
    289 critiques
    La nouvelle version de Conan a fait couler beaucoup d'encre. Difficile de passer après la version de Milius de 1982 qui proposait un personnage fort complexe et pourtant très éloigné du barbare stéréotypé auquel on peut généralement penser. Alors Nispel et toute son équipe décident de repartir des écrits de Robert E.Howard où le personnage pourrait presque se résumer à "Avance femme", "ta gueule, femme" et "je vis, je tue, ça me suffit" (répliques entendues aussi dans le nouveau film, si, si).

    Mais bon là aussi, ce serait réduire un peu la portée de l'oeuvre de l'écrivain on est d'accord.

    En fait, le principal reproche qu'on pourrait adresser à ce film, c'est de vouloir essayer de se donner des ambitions qu'il ne peut assumer. En gros, porter le nom de Conan, c'est déjà partir dans l'erreur et décevoir pas mal de personnes. Le film aurait dû avoir un autre titre, certes moins porteur, mais il n'y aurait sans doute pas eu déception de la part des cinéphiles. Par contre, si on prend le film à part, en ne tenant ni compte du film de Milius, ni de la suite et en se focalisant sur les écrits d'Howard (que les cinéphiles n'ont pas lu apparemment), on se rapproche de quelque chose. Jason Momoa en ce sens est un Conan des plus crédibles.

    Pourtant, même en ne tenant compte que du présent film, on ne peut éviter d'être un peu déçu aussi. Si les décors sont magnifiques (matte-paintings et créations virtuelles du plus bel effet, les captures pourront vous en convaincre) et que les costumes sont des plus soignés, le film accumule les défauts sans jamais chercher à les corriger, voulant miser à tout pris sur l'efficacité. Or l'efficacité c'est aussi prendre son temps. Pour raconter une histoire, dévoiler des personnages, leurs doutes, leurs tourments, leurs rêves, leurs aspirations. Or, jamais les personnages ne respirent ou ne vivent (ce qui semble le défaut des nouveaux remakes ou recréations de nouvelles oeuvres inspirées d'autres plus anciennes) et l'on ne s'attarde jamais vraiment sur eux. Du coup l'histoire en devient terne au possible, "une petite série B du samedi soir" pour reprendre Rose McGowan dans le commentaire audio.

    Et même parfois, l'histoire multiplie le n'importe quoi (alors que faire une histoire de fantasy adulte et sanglante est déjà un casse-tête en soi) et le spectateur se demande si il ne regarde pas directement un navet. Ainsi cette scène inutile et laborieusement gratuite d'hommes de sables crées par la fille-sorcière. Sorcière qui pourtant jusqu'ici restait crédible parce qu'elle pratiquait une sorcellerie à hauteur d'homme (le fait de renifler les odeurs ou les auras, de goûter le sang pour savoir sa pureté ou non), sans trop en rajouter, juste ce qu'il faut. Et hop, j'te crée des hommes des sables en soufflant une petite poignée. WTF ?

    Et je passe d'autres incohérences qui donne envie de rire un bon coup (la stratégie de Conan pour libérer des esclaves : faire tomber des grosses pierres sur le campement. Hop ça tue les gardes. Hop, ça tue aussi les esclaves. Bravo mon gars, t'es mûr pour faire bidasse toi *insert des rires ici*). Et c'est dommage parce qu'en contrepoint du bourrinage sans réflexion de Nispel, la photographie, les costumes et décors sont assez soignés comme je l'ai dit.

    Bref, pas un grand film, pas même une purge mais bien effectivement le petit film du samedi soir. Vite vu et vite oublié hélas.

    Site web:  http://dvdtator.canalblog.com/archives/2011/12/18/22994269.html
    zglub215
    Le 20/12/2011
    41 critiques
    La bande-annonce vue en salles de ce Conan version 2011 mérite le titre officieux de pire trailer de l’année. Elle se résume à un concentré sur deux minutes, sans rien de positif pour le diluer, de tout ce que le film comporte de tares effectivement lourdes : des paysages en images de synthèse laides au possible, des décors sans âme ni unité au point de donner le sentiment d’être de la récup’ d’autres tournages au gré des disponibilités, et un scénario fourre-tout au possible qui mélange tous les éléments actuellement à la mode dans le cinéma d’action et d’heroic-fantasy dans une omelette de clichés où l’on ne sait jamais sur quoi on va tomber, ni quel est le rapport avec l’instant d’avant. En bonus, on avait droit dans cette bande-annonce à une 3D bas de gamme, du genre faite à la hâte en post-production. Cette dernière mise à part, puisque l’on y échappe grâce aux limitations d’un DVD par rapport à une salle de cinéma, tous ces travers sont nettement présents dans Conan, et bien actifs. Les arrière-plans peints et les décors finissent par faire mal aux yeux lorsqu’ils nous sont exposés trop longuement, et les sautes brutales du récit d’une situation ou d’un environnement à l’autre poussent le concept de l’ellipse dans des excès fatalement comiques.

    Mais tout cela ne fait pas pour autant de Conan un mauvais film – plutôt un film mal fagoté, d’allure décousue (la voix-off imbitable et le montage le plus souvent réalisé avec des moufles apportent également leur pierre à cet édifice). Prises séparément, sans chercher à les intégrer dans un élan général faisant sens, un nombre raisonnable de séquences fonctionnent malgré tout en elles-mêmes. C’est-à-dire qu’elles nous donnent ce que l’on vient chercher dans un film tel que Conan : un divertissement barbare décomplexé et n'envisageant pas qu'il puisse y avoir de limites à l'éruption de sa sauvagerie. L’ouverture, avec son plan in utero d’un coup d’épée frôlant de peu un fœtus et provoquant un accouchement improvisé et manuel sur un champ de bataille, donne de ce point de vue le ton. A grands coups de têtes et membres tranchés, de gerbes de sang surabondantes et de démonstrations d’instruments de torture divers, le film tient ensuite la note brute sans jamais trop faiblir. Il démontre une certaine variété dans les exactions macabres et furieuses, avec dans le lot une poignée de surprises réellement bonnes telles le premier fait d’armes d’un Conan encore enfant mais déjà sans merci, ou le combat contre les guerriers de sable. La réussite de ces scènes et plus généralement l’énergie féroce qui porte à bout de bras Conan sont à mettre surtout au crédit du réalisateur, Marcus Nispel. Spécialiste ès-remakes gores (il a également Massacre à la tronçonneuse et Vendredi 13 à son actif), c’est à lui que l’on doit aussi le méconnu mais très bon Pathfinder dont ce Conan est en quelque sorte la variante mineure, mitigée par un cahier des charges trop contraint. Le même principe qui a fait ses preuves régente les deux films : taper fort, sans s’arrêter, tant que le sang coule à flots.

    Les bonus présents sur le DVD se distinguent pour l'essentiel par leur vacuité – des featurettes qui traitent le film sous l'angle exclusif des combats en enchaînant mécaniquement les images de répétitions et de préparatifs, et un commentaire audio des acteurs Jason Momoa et Rose McGowan qui s'en tiennent à faire le service après-vente du film (tout est génial, tout le monde a fait un travail brillant, et les anecdotes futiles sur les à-côtés du tournage sont légion). Heureusement, ici encore le metteur en scène Marcus Nispel rehausse le niveau avec son propre commentaire audio. Il s'y montre intéressant de bout en bout, abordant tous les sujets sur lesquels il est attendu dans ce genre d'exercice et toujours de manière sincère et pertinente. Entre le bagage cinéphile imposant qu'il affiche, et son seuil de tolérance élevé concernant ce qui est acceptable comme violence graphique et comme noirceur d'un héros, l'homme en lui-même se révèle fort sympathique. Par ailleurs, réaliser ce Conan lui tenait clairement à cœur et il l'a fait avec la plus grande implication, ce qui explique qu'il en ait réussi la mise en scène. L'entendre en parler (par exemple sur la structure de l'histoire imitant celle d'un jeu vidéo, avec des niveaux distincts conclus par des boss) réussirait presque à nous donner envie de plus l'aimer.

    Site web:  http://www.cine-partout-toutletemps.fr/articles/conan-de-marcus-nispel-usa-2011-3739
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites