Critiques du film: Breaking Bad (Série)
    Breaking Bad (Série)
    Ajouter une critique au film
    Breaking Bad (Série)
    axel141
    Le 11/05/2010
    35 critiques
    Je dois dire qu’avant de me mettre dans cette série, j’avais l’impression d’être en face d’une pâle copie de Weeds (Une mère de famille décide de se mettre dans la vente de drogue juste après le décès de son mari.), seulement, là ou cette dernière se rapproche plus de la comédie, Breaking bad se démarque en prenant cette histoire beaucoup plus au sérieux. Weeds, c’est de la comédie, Breaking bad, c’est du drame pur et dur et, finalement, la comparaison entre les deux s’arrête là car les 2 séries n’ont finalement rien à voir.

    Si vous connaissez la série déjantée Malcolm, l’acteur principal vous dira peut-être quelque chose. Et oui, c’est bien Hal, le père complètement allumé de l’enfant prodige qu’est Malcolm. Il est clair qu’au début, on se demande si l’acteur serait crédible dans un rôle aussi dur, et bien, dès les premières minutes du premier épisode, il EST Walter White et nous fait directement oublier son rôle dans Malcolm. Quand on me demande à quoi on reconnait un bon acteur, je dis toujours qu’il faut regarder ses yeux, et s’il arrive à nous faire ressentir des émotions, même la plus infime, c’est que l’on est en face d’un très grand, et Bryan Cranston en fait partie. Nous montrant, en début de série, un personnage sans histoire, le genre de personne qui pourrait être à côté de nous sans même le voir, l’acteur va procéder à une transformation proprement hallucinante qui évoluera au fil des épisodes. Je vous le dit, s’il y a bien un personnage de série qui risque de marquer vos mémoires pendant longtemps, c’est bien celui-là ! Mais n’oublions pas l’acteur qui joue le rôle de Jesse Pinkman ( Aaron Paul ), son personnage de petit junkie un peu looser au début, va rapidement évoluer et il s’avère qu’il fait, lui-aussi, preuve d’un sacré talent !

    Même si le drame prend le dessus, la série intègre quelques moments d’humour noir bien sentis. Ici, il n’est nullement question d’une mise en scène qui tache, le tout est sobre, et ce n’est finalement pas plus mal, car, certaines scènes, sans musiques, juste en dialogues sont souvent lourde de sens, et sont loin de laisser de marbre. Breaking bad est une œuvre que l’on doit découvrir si on est un tant soit peu passionné de séries, car, c’est tout simplement l’une des meilleures séries actuelles !
    En conclusion, une perle, un bijou, que dis-je, un chef d’œuvre indispensable qui vous marquera à plus d’un titre à travers des épisodes de haute volée (certains s’avèrent d’une noirceur proprement hallucinante !). Et contrairement à d’autres séries, le show en est à sa 3ème saison et ne baisse toujours pas en qualité .

    Site web:  http://rhumyxcube.free.fr/
    DLCH
    Le 01/02/2015
    172 critiques
    A quel moment cesse-t-on de voir Hal dans le rôle de Walter White et commence-t-on à voir Heisenberg dans celui du père de Malcolm ?
    Au bout de combien de temps arrêterons-nous de gueuler "c'est un labo de meth" à chaque fois qu'on verra un camping-car ?
    Pourra-t-on trouver une œuvre où la femme en général (et cette s****** de Skyler White en particulier) tiendra un rôle plus négatif et détestable, et sera plus humainement inutile (en dehors d'un porno gay) ?
    Sans déconner, y'a-t-il un seul rôle féminin positif (si, si, réfléchissez bien) ?
    Sur le même thème, le personnage de la belle-sœur de Walt n'a-t-il pas pour seule raison d'être de rendre un tout petit peu moins imbuvable celui de sa femme ?
    Prendrait-on nous-mêmes autant de risques pour garantir la survie financière de notre famille si, comme celle de Walter, elle était aussi peu aimante, avait aussi peu de considération, s'avérait être tellement pourrie à vous prendre pour un gros incapable ?
    Peut-on dire que le personnage de Jesse a un incroyable talent : celui de toujours faire les mauvais choix et donc de se foutre systématiquement dans la merde ?
    Peut-on au moins lui reconnaître un seuil de résistance à la douleur physique et mentale ainsi qu'à l'humiliation qui force quand même le respect ?
    Pouvons-nous être en droit de penser qu'ils l'ont gardé uniquement pour servir de caution morale à Walter White (...)
    La suite ici :

    Site web:  http://www.delacritiquehysterique.com/marathon-breaking-bad
    wesleybodin
    Le 17/07/2010
    121 critiques
    (...) Au final, Breaking Bad est un peu la grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf à la seule différence qu’elle y arrive sans trop se forcer. Méticuleuse, d’une dureté parfois très crue, jonglant parfaitement entre la comédie et l’intrigue policière, Breaking Bad est une série coup de poing qui a réussit en seulement sept petits épisodes à laisser une trace indélébile au sein de notre mémoire. On avait pas autant pris notre pied depuis des séries comme OZ et Les Soprano. Une chose est désormais sûre, il sera bien difficile d’oublier une série comme celle-là et une seule envie reste gravée dans notre esprit : voir la suite et vite !

    Site web:  http://www.leblogducinema.com/2010/07/17/critique-serie-breaking-bad-saison-1/
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites