Prince of Persia, les sables du temps

    |  45 |
    J'aime:
    IL SE BAT POUR INVERSER LE COURS DU TEMPS. - Contraint de fuir son royaume après l'assassinat de son père adoptif, Dastan, accusé de son meurtre, unit ses forces avec une princesse prêtresse afin d'empêcher son oncle de libérer les Sables du temps. Adaptation cinématographique du célèbre jeu vidéo, Prince of Persia : Les sables du temps est un film d'action et d'aventure explosif et rythmé.
    Affiche du film Prince of Persia, les sables du temps
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Prince of Persia, les sables du temps

    UTILISATEURS
    (3.1 pour 1092 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 56min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Prince of Persia, les sables du temps : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Pirates des Caraïbes 4 : La Fontaine de jouvence
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Pirates des Caraïbes : Jusqu&#039;au bout du monde
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Pirates des Caraïbes : Le Secret du coffre maudit
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Pirates des Caraïbes : La malédiction du Black Pearl
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Pirates des Caraïbes 5 : La Vengeance de Salazar
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Le Choc des Titans
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Prince of Persia, les sables du temps

    Un prince rebelle est contraint d'unir ses forces avec une mystérieuse princesse pour affronter ensemble les forces du mal et protéger une dague antique capable de libérer les Sables du temps, un don de dieu qui peut inverser le cours du temps et permettre à son possesseur de régner en maître absolu sur le monde.

    Photos du film Prince of Persia, les sables du temps

    Ajouter une photo du film Prince of Persia, les sables du temps

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Prince of Persia, les sables du temps
    Prince of Persia - BA VOST
    Bande-annonce VF
    43738 Vues
    Bande annonce
    Bande-annonce VF
    1064 Vues
    1
    2
    page 1

    Listes avec le film Prince of Persia, les sables du temps

    Ajouter une liste au film Prince of Persia, les sables du temps
    Au début des années 2000, un sortilège a frappé les jeunes esprits : les séries littéraires d'aventure fantastique ! Au premier rang de celles-ci, la saga Harry Potter bien sûr. Le cinéma prit vite le...
    Merci pour vos votes! Cette session 2010 est dorénavant close, passons à 2011! N'oubliez pas de voter pour vos films préférés sur le nouveau classement... D'ici là, bonne année 2011, et bons films!
    Vous cherchez une liste des meilleurs blockbusters du cinéma mondial ? Votre recherche s'arrête ici puisque cinetrafic a compilé une liste des plus gros films à succès de l'histoire du cinéma....

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Prince of Persia, les sables du temps
    Ashtray-girl
    Le 28/05/2010
    47 critiques
    [...] Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est le pire qui l'emporte, mais si l'on prend en compte le fait que je suis une joueuse et une fan du jeu original, et que par conséquent je ne fais pas partie du public massivement visé par la production de ce P.O.P., le bilan n'est pas des plus folichons.

    Il est savoureux d'observer à quel point, à défaut de rendre parfaitement compte de la mythologie propre au jeu, le film en honore au moins le "mouvement" perpétuel: Prince of Persia, tant visuellement que narrativement, joue en effet constamment aux montagnes russes en nous imposant un rythme en dents de scie. Si les premières minutes - que dis-je? Les premiers plans sont à eux seuls forts éloquents - laissent augurer du pire en nous proposant une relecture à peine voilée du Aladdin de Disney (jusque dans les plans, vive le recyclage!) assortie d'un conte encore plus douteux narré de manière infantilisante (la V.F. dessert clairement le récit), et censé nous donner quelques infos (dont, finalement, on se serait bien passé) sur les origines de Dastan, les séquences suivant la mention salvatrice "quinze ans plus tard" tendent dans un tout autre sens: le bon. On retrouve presque totalement l'introduction du jeu (celui de 2003, donc), à savoir l'invasion d'une cité - ici Alamut - à laquelle prend part Dastan aux côtés de ses frères et de son oncle. Si, scénaristiquement parlant, on s'éloigne déjà dangereusement du pitch original, visuellement, la gameuse que je suis a surkiffé: plans alternatifs identiques au jeu permettant de voir successivement les issues possibles et points d'accès, panoramique de la cité à 360° avec un prince perché sur une poutrelle surplombant ce tableau d'orient, style de combat type "yamakasi" avec course contre les murs et sauts vertigineux dans le vide, tout y est... en 3 minutes chrono. Car, si la prise de la cité est effectivement jouissive dans son genre, les allusions que les connaisseurs du jeu attendaient légitimement sont, à l'échelle du film, bien trop parcimonieuses, et très vite expédiées pour laisser place à ce que les producteurs ont décidé de faire du mythe: un produit de grande consommation, accessible à tous, et dés le plus jeune âge.

    [...] L'intrigue déçoit, très vite, au moment même où elle devenait intérressante, préférant se perdre dans des platitudes scénaristiques incompréhensibles (la course d'autruche, la tempête de sable, l'attaque des "brigands", etc...) étalant sa galerie de personnages caricaturaux (le frère hostile, le coupable idéal, le frère prodigue, le père philosophe, la princesse qui-en-a-dans-le-pantalon-parce-que-c'est-dans-l'air-du-temps mais qui, en définitive, est bel et bien en détresse, les méchants avec de vraies tronches de méchants - impossible de se tromper - le brigand qui a une conscience, en vrai, etc...) pour tendre, crescendo, vers une (des) morale(s) bateau.

    [...] Le problème majeur vient, selon moi, du fait que l'on reste sans cesse trop éloignés des lieux propices à donner toute latitude d'action (digne d'intérêt) au prince - à savoir les cités si envoûtantes de l'antique Perse et, idéalement, un palais - donc, fatalement, trop éloignés de l'univers de base de P.O.P. Au lieu d'ancrer l'histoire dans un lieu propre à révéler toutes les facettes du jeu ayant initié le film (car toutes les séquences ayant lieu dans les cités sont parfaitement réussies), on préfère nous balader loin de toute civilisation, en plein désert, sous un cagnard pas possible, ou il ne se passe... pas grand chose.

    [...] Malgré les lourdeurs - et longueurs - du récit, le tout reste cependant très divertissant, à l'image des films produits par Bruckheimer, d'ailleurs. On se trouve ici face à un film voué à l'entertainment pur, et de ce côté-ci, c'est plutôt très réussi. On ne s'ennuie (presque) pas grâce, notamment, à des scènes d'action d'une belle efficacité, et à un rendu visuel soigné, très ésthétique. Les passages faisant état des pouvoirs de la dague, lorsque sont libérés les sables du temps, sont subjuguants, et le final, bien que je lui reproche la forme discutable de son sablier, est époustouflant (l'effondrement des fondations sur des cascades de sable est sublime). L'atmosphère est, elle aussi, travaillée aec soin et transporte aisément hors du temps, nous transposant deux heures durant dans un ailleurs exotique, qui sent bon le sable chaud, la poussière, et les épices. Un voyage dans le désert et les palais de Perse véritablement dépaysant, et enchanteur. [...]

    En résumé, P.O.P. est un divertissement honorable, mais n'honore que trop peu le jeu dont il se veut le garant à l'écran. La faute à un scénario un poil trop bavard, trop niais, et trops prévisible, principalement. Si la balade visuelle reste très agréable, ce Prince of Persia, pour l'attente que j'en avais, fait un peu "pop". La B.A., elle, avait tout montré.

    Site web:  http://once-again-again.over-blog.com/article-prince-of-persia-the-sands-of-time-defy-the-future-51124752.html
    cristal
    Le 12/06/2010
    211 critiques
    Blockbuster cheap dans la grande tradition des péplums nanardesques de l'époque, "Prince of Persia" a pour handicap de se présenter comme tel en plein XXIème siècle, alors même que la maison Bruckheimer se vante de technologies nouvelles et de budget considérable voué à aux prouesses et aux effets révolutionnaires. Là où la distorsion entre le spectacle et la dérision acide supportait le poids de trois épisodes de "Pirates des Caraïbes", "Prince of Persia" ignore les libertés possibles prises avec son modèle (le jeu vidéo), ou d'une quelconque créativité au sein même du divertissement. C'est avant tout un film Disney pour enfants, visuellement bâclé puisqu'il n'appartient apparemment pas aux petits de juger l'impact esthétique d'une oeuvre ou son rapport au jeu vidéo. A l'exception de deux séquences style cinématiques, on se perd dans la pauvreté d'un script héroïque et prévisible. Il était une fois, dans une contrée lointaine, avec du soleil, du sable, un héros bodybuildé mais sans charme (Jake Gyllenhaal), une top-model fashion en guise de princesse, des sabres en plastique et des décors en papier mâché. Evidemment en Perse tout le monde parle anglais (avec une pointe d'accent du nord chez la princesse), les enfants ressemblent à de gentils petits écoliers de la banlieue de Philadelphie et les méchants monsieurs armés ont de gros yeux bleus qui brillent (normal, ils sont perses). La réalisation boursouflée tape dans la surenchère catastrophique, alignant les vilains ralentis avec des chorégraphies épaisses que surligne une musique pompière. L'entreprise a pu faire rêver beaucoup de fans avant sa sortie, mais pas sûr qu'ils puissent se contenter de cet énorme ratage répondant aux actuelles normes budgétaires du cinéma hollywoodien ; pourquoi prendre la peine de faire bien quand on assure un public de masse pour rentrer dans les frais et se permettre de beaux bénéfices?

    Site web:  http://moncinemamesfilmsmonart.blogs.allocine.fr/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites