Mademoiselle Chambon

    |  3 |
    J'aime:
    - Alors qu'il vit une vie paisible et sans heurt entre sa femme, son fils et son travail, Jean voit sa vie bouleversée par sa rencontre avec Mademoiselle Chambon, l'institutrice de son fils. Porté par Sandrine Kiberlain et Vincent Lindon, Mademoiselle Chambon est un drame romantique poignant, fin et émouvant.
    Affiche du film Mademoiselle Chambon
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Mademoiselle Chambon

    UTILISATEURS
    (2.8 pour 104 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 41min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Mademoiselle Chambon : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Regrets (Les)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Les Vies privées de Pippa Lee
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Happy, happy
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Au galop
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Petites coupures
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Un lit pour quatre
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Mademoiselle Chambon: ADN

    Synopsis du film Mademoiselle Chambon

    Jean est quelqu'un de bien : un bon maçon, un bon fils, un bon père et un bon mari. Et dans son quotidien sans heurt, entre famille et travail, il croise la route de Mademoiselle Chambon, l'institutrice de son fils. Il est un homme de peu de mots, elle vient d'un monde différent. Ils vont être dépassés par l'évidence des sentiments.

    Photos du film Mademoiselle Chambon

    Ajouter une photo du film Mademoiselle Chambon

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Mademoiselle Chambon
    1
    2
    3
    page 1

    Listes avec le film Mademoiselle Chambon

    Ajouter une liste au film Mademoiselle Chambon
    L'infidélité est un affaire de psychologie dans un couple. L'infidélité et l'adultère sont depuis longtemps présents au cinéma. Alors que l’institution du mariage est de plus en plus fragile,...
    Comment faire pour qu'une relation de couple dure ou marche tout simplement ? Qu'est-ce qui fait que c'est cette personne et pas une autre ? Des centaines de films plus tard, le mystère reste...
    Les votes sont clôts! Merci pour votre participation à tous! Retrouvez les 30 meilleurs films élus par vous à l'adresse ci-dessous. Vous pouvez bien sûr continuer à voter pour les films qui vous ont...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Mademoiselle Chambon
    BIBI62
    Le 20/10/2009
    127 critiques
    Voilà un film qui ne fait pas de bruit, dont la sortie a été faite en douceur, sans tapage médiatique, et pourtant réalisé par un jeune réalisateur déjà remarqué, deux acteurs qu'on ne présente plus, ex-époux à la ville, dans une histoire simple, une brève rencontre amoureuse entre cet ouvrier bien rangé et cette institutrice qui ne peut se poser, qui semble fuir les amours déjà condamnés, une rencontre due à un concours de circonstances qui va bouleverser leurs certitudes, ébranler leur entourage, la passion d'un instant, mais non pas comme dans "Partir" une passion qui détruit, qui va jusqu'au drame, ici tout en pudeur et en douceur, en retenue, à l'image de ce maçon qui essaie tant bien que mal de réfréner les ardeurs de son coeur, emballé par cette "intruse" de passage dans ses sentiments.
    L'intrigue est on ne peut plus simpliste, l'histoire tient en peu de choses et pourtant le talent de metteur en scène est absolument immense pour arriver à nous emporter avec lui, à nous faire souffrir aussi avec Jean, et tout çà avec très peu de dialogues, uniquement par des regards, des silences étouffants ou déchirants, une caméra qui prend son temps à cerner les visages, mais qui réussit à nous captiver, à l'image du plan de Jean filmé dans sa voiture, simplement de 3/4, de dos, ou les longs plans sur l'institutrice et son visage amoureux, mais résigné et déchiré.
    On pense à la fois à "Mademoiselle" de Philippe Lioret pour la rencontre fortuite mais aussi à Truffaut et "La femme d'à côté", mais ici le drame est plus effleuré, on est plus dans la souffrance d'assumer des sentiments qui bousculent la raison et l'ordre établi.
    La musique des sentiments est ici révélée par ces regards, ces silences, aussi de vraie musique il n'y a que ce violon, trait d'union mélancolique entre les deux, et cette musique déchirante atteint son paroxysme dans la magnifique scène finale de la gare, où le côté mélo jusque là évité, prend ici tout son sens, et ne tombe jamais dans l'inutile, le mièvre ou le lacrymal.
    On en est que plus ébranlé, touché au coeur.
    Alors certes cette sobriété maximum, ce sens de l'épure poussé, cette lenteur assumée, pourront en dérouter certains, en tout cas personnellement je suis rentré dans cette histoire dès le début et jamais je n'en suis sorti.C'est çà le talent de metteur en scène, et le talent des deux interpètes principaux est bien évidemment à saluer: si Vincent Lindon confirme qu'après "Welcome" il est bien l'acteur français de l'année, deux rôles magnifiques, et pas si différents finalement, ce sont deux rencontres fortes dans la vie d'un homme ordinaire, l'acteur est à nouveau prodigieux, tout en en faisant très peu, d'une rigueur et d'une sobriété exemplaire avec son mélange de force et de fragilité mêlées, son métier est d'ailleurs symbolique, lui qui construit des maisons faites pour durer toute une vie, avec des fondations solides, à l'image de son couple qui va pourtant vaciller un temps.
    Et puis l'acteur est en osmose parfaite avec Sandrine Kiberlain, filmée amoureusement par le réalisateur, elle aussi magnifique de pudeur et de sentiments forts, d'une douceur et d'une douleur lumineuse et tragique.Sublimés et sublimes.
    Saluons aussi les seconds rôles comme Aure Atika, en épouse qui voit son mari vaciller, elle aussi avec peu de mots, peu de gestes, exprime beaucoup à l'image de la scène de l'anniversaire du père de Jean, elle comprend tout en observant son mari, la caméra qui balaie les regards, tout est dit, à l'image du film tout entier qui nous bouleverse.
    On ne révèlera pas la fin mais on peut juste saluer la magnifique image finale, la caméra qui filme l'extérieur du foyer, reculant dans une lumière automnale, sur la magnifique chanson de Barbara "Septembre", la mélancolie assumée et ici magnifiée, à la limite du romantisme.
    Une histoire toute en intériorité et en souffrances, tout en retenue, presque simpliste, et pourtant d'une puissance émotionnelle forte et d'une subtilité immense sur les tourments de l'âme, beau et éprouvant mais une déchirure qui fait du bien finalement, à l'image de ce vent fort qui balaie et vivifie, un gros coup de coeur de cet automne bien fébrile.On aime aussi ce bon cinéma français!

    "Jamais la fin d'été n'avait paru si belle.
    Les vignes de l'année auront de beaux raisins.
    On voit se rassembler, au loin les hirondelles
    Mais il faut se quitter. Pourtant, l'on s'aimait bien.

    Quel joli temps pour se dire au revoir.
    Quel joli soir pour jouer ses vingt ans.
    Sur la fumée des cigarettes,
    L'amour s'en va, mon cœur s'arrête.
    Quel joli temps pour se dire au revoir.
    Quel joli soir pour jouer ses vingt ans.

    Les fleurs portent déjà les couleurs de Septembre
    Et l'on entend, de loin, s'annoncer les bateaux.
    Beau temps pour un chagrin que ce temps couleur d'ombre.
    Je reste sur le quai, mon amour. A bientôt.

    Quel joli temps, mon amour, au revoir.
    Quel joli soir pour jouer ces vingt ans.
    Sur la fumée des cigarettes,
    L'amour nous reviendra peut-être.
    Peut-être un soir, au détour d'un printemps.
    Ah quel joli temps, le temps de se revoir.

    Jamais les fleurs de Mai n'auront paru si belles.
    Les vignes de l'année auront de beaux raisins.
    Quand tu me reviendras, avec les hirondelles,
    Car tu me reviendras, mon amour, à demain..."

    ("Septembre"-BARBARA-)

    http://www.youtube.com/watch?v=el5Mm0oRmi0

    MA NOTE: 16/20

    Site web:  http://lecinedejo.blogs.allocine.fr
    cristal
    Le 21/10/2009
    211 critiques
    Dans la série 'romance française à fleur de peau' amorcée cette année par "Les Regrets" de Cédric Kahn et "Partir" de Catherine Corsini, deux spirales folles du tourbillon amoureux, "Mademoiselle Chambon" se propose comme une rasade d'eau pure qui vient contredire le mouvement continu des deux autres oeuvres. Si le film partage ce goût prononcé pour la proximité humaine, il choisit la posture immobile pour saisir en blocs les sentiments de ses protagonistes, terriblement humains et normaux. C'est l'histoire amoureuse impossible, quasiment imperceptible, qui prend vie autour de deux scènes. Pas plus. Et c'est peut-être le problème de ce film épuré et retenu ; à force de ne rien révéler, de se prostrer dans le non-dit, il ne ressort plus de grandes émotions emportées dans la description intime et mesurée du quotidien. Il y a comme un amour caché, tue et en tous les cas douloureux, mais celui-ci ne transparaît jamais sans les notes de musiques d'Elgar, qui viennent ponctuer les gestes sacrés des comédiens. Tous deux sont exceptionnels dans ce chuchotement terrible, cette secousse impalpable à l'extérieur et ravageuse à l'intérieur, du poison amoureux. Mais comme le parti pris de Stéphane Brizé est d'immiscer son récit dans un quotidien très précis et ritualisé (Lui construit des murs et elle les surpasse de son archet mélodieux), il perd la (con)fusion des sentiments tragiques dans une normalité et une tragédie feinte qui peine à décoller. L'impression finale est de voir un film potentiellement beau et romanesque au sens noble du terme, sans emphase ni mauvais goût, mais qui, guidé par ce réalisme constant, perd toute la fantaisie des rares moments d'amour. Ce n'est pas le fait de ne pas en montrer beaucoup qui fragilise à ce point le film, mais celui d'y refuser toute intention, rebondissement ou invention schématique pour mieux définir la réalité de ces histoires impossibles, à première vue anecdotiques mais qui pourtant, forgées de rien, sont à peu près tout ce qu'il nous reste.

    Site web:  http://moncinemamesfilmsmonart.blogs.allocine.fr/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites