A Single Man

    |  21 |
    J'aime:
    - A Single Man, drame poignant et bouleversant de Tom Ford, traite avec sobriété et efficacité de l'expérience du deuil et de l'homosexualité. Le film raconte le parcours lent et douloureux du deuil de Georges, qui, depuis qu'il a perdu son compagnon Jim dans un accident, n'est plus que l'ombre de lui-même. Aidé son amie Charley, George va un jour vivre une série d'événements qui vont l'aider à surmonter la mort de son compagnon, et découvrir qu'il y a peut être une vie sans lui.
    Affiche du film A Single Man
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    A Single Man

    UTILISATEURS
    (3.6 pour 95 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 39min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    A Single Man : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Beginners
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Prozac nation
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film St. Elmo&#039;s Fire
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film A Serious Man
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Personal Effects
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Fourmis rouges (Les)
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film A Single Man

    Los Angeles, 1962. Depuis qu'il a perdu son compagnon Jim dans un accident, George Falconer, professeur d'université Britannique, se sent incapable d'envisager l'avenir. Solitaire malgré le soutien de son amie la belle Charley, elle-même confrontée à ses propres interrogations sur son futur, George ne peut imaginer qu'une série d'évènements vont l'amener à décider qu'il y a peut-être une vie après Jim.

    Photos du film A Single Man

    Ajouter une photo du film A Single Man

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de A Single Man
    A Single Man - BA VOSTF
    Bande-annonce VF
    9249 Vues
    BA Un Homme Au Singulier
    Bande-annonce VF
    1006 Vues
    1
    2
    page 1

    Listes avec le film A Single Man

    Ajouter une liste au film A Single Man
    Merci pour vos votes! Cette session 2010 est dorénavant close, passons à 2011! N'oubliez pas de voter pour vos films préférés sur le nouveau classement... D'ici là, bonne année 2011, et bons films!
    Pour la plupart des films de cette liste, je ne savais meme pas qu'ils avaient été adaptés d'un livre.
    Les années fac sont considérées comme les plus belles années de notre vie. L'entrée à l'université marque la fin de l'enfance, de l'adolescence avant le passage dans la vie active....

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film A Single Man
    cristal
    Le 01/03/2010
    211 critiques
    Le tic-tac incessant d'une montre donne le rythme à ce film lancinant comme une aiguille qui tourne. George Falconer, homosexuel professeur dans une université, a perdu son amour il y a maintenant huit mois. A la nuit tombée, il se tuera. C'est du moins son but, à moins que les éclats lumineux d'une journée à priori comme les autres ne viennent contredire ses plans. Il y a dans le film de Tom Ford un refus total d'action et de mouvement. George, encerclé par un quotidien morne, s'échappe à partir de quelques visions paradisiaques. Parler à un élève avec lequel il va revivre des scènes sentimentales perdues, embrasser un chien à l'odeur de toast beurré, admirer la fille de la voisine en jupette bleue, se laisser draguer par un beau latino, dîner avec la femme frustrée qui l'a toujours aimé... "A single man" ne tend pas à démontrer autre chose qu'une journée comme les autres, mais parvient à transcender le banal et le prévisible en accentuant la beauté des gestes simples qui peuplent nos vies, ainsi rendues exceptionnelles. Filmé comme sur du papier glacé, avec un grain qui rappelle les nostalgiques photos des années 60, le talent visuel de Tom Ford domine l'ensemble d'un film bouleversant de simplicité. La volupté et la grâce humaine et visuelle du film est d'une rare beauté, d'une souplesse élégante qui en fait un pur ravissement pour l'oeil et pour l'esprit. Car plus que de n'être qu'un simple défilé de jolies choses, "A single man" est une ôde sensible à la chair masculine. La liberté des corps languis et la virilité y sont de véritables poèmes défilant parmi la beauté rivale des femmes. Entre les sexes, comme un rappel charnel au détour de chaque scène, la mort créée une forme de séduction plus rassurante qu'angoissante. Apaisé, le personnage part en quête d'une vérité inconnue avant d'abandonner, voyageant dans les méandres d'une réalité qu'il a déformée par la douleur de la perte. "A single man" est certainement un grand film pour la simple raison qu'il en dit très peu. Tout le drame se joue à travers un subtil surréalisme (ou bien n'est-ce pas simplement ce que nos yeux ne savent pas voir?) et de nombreuses symboliques (lorsque le bonheur est retrouvé, la montre s'arrête de donner le temps). Il y a bien sûr une stylisation extrême dans le regard que porte le cinéaste, mais celle-ci est valorisée par le désir d'une certaine forme de retenue. La pudeur que Tom Ford donne à voir est tout à fait précieuse puisqu'elle évite au film de sombrer dans l'esthétique toc et chargée. Et malgré le soin apporté à chaque plan et à chaque séquence, aucune raideur ne vient contredire la sensibilité du récit, toujours bercé dans un calme exaltant. De douces notes de musique accompagnent simplement les divagations de George, porté par la grâce hypnotique de Colin Firth dans son meilleur rôle. Extrêmement sensuel, le film contient même la capacité à former une substance singulière ; en traitant le profil homosexuel comme une notion d'invisible, Tom Ford exécute ainsi un puissant contraste entre les errances fantômatiques de la routine et les traits de lumière qui surgissent de l'inattendu, qu'il soit fait de désir ou d'amitié, de vibrants souvenirs ou d'espoir. Plus l'heure fatidique approche, plus le film s'embrase dans des teintes solaires comme un crépuscule au bord des plages. Avant l'effondrement, la lave du désir s'écoule doucement, sûrement, dans un final d'un érotisme et d'une retenue magistrales. Puis le fantôme de l'être aimé arrive, froidement vertical, de noir vêtu, poli et ciré, un sourire au coin des lèvres. Un baiser se dépose sur la bouche molle de l'agonie. Le défunt repart, confiant. Comme la promesse d'un nouveau jour, là où il n'y aura plus que des éclats de lumière.

    Site web:  http://moncinemamesfilmsmonart.blogs.allocine.fr/
    fannynours
    Le 01/03/2010
    76 critiques
    Georges Falconer, professeur de littérature à l'université, vit comme un fantôme depuis la mort accidentelle de son compagnon depuis quinze ans, Jim. Il subit chaque matin comme une douleur, et traverse chaque journée en pensant au suicide. Ce jour là, il décide de passer à autre chose, et prépare pour de bon sa mort. Un de ses étudiants, le jeune Kenny, sa meilleure amie Charley, ou un bel étranger inconnu rencontré par hasard lui redonnent vaguement le goût de la vie.



    Le premier film de Tom Ford, créateur de mode, se déroule sur une journée de la vie gâchée de son personnage principal. Au cours de cette journée, chaque détail de son quotidien, comme chaque jour semble-t-il, lui rappelle son amour perdu. Tom Ford se lance alors dans des flash-backs mélancoliques et lents. Il semblerait que, pendant ses huit mois de solitude, Georges se complaise à souffrir ainsi, à ressasser ses souvenirs heureux dès qu'il aperçoit la latte de parquet sur laquelle Jim avait marché, dès qu'il entend le son d'un ballon au-dehors, lui rappelant les battements de cœur de Jim, ou lorsque ses yeux, par hasard, tombent sur un morceau de papier ressemblant à un autre morceau de papier effleuré par Jim... La souffrance de Georges abonde et déborde, et toute la poésie de la douleur est détruite par cette lourde insistance. Georges vit dans un monde en slow motion, à l'image désaturée, verdâtre, aux couleurs de son esprit malheureux.


    Tom Ford ne donne ni dans la demi-mesure ni dans la délicatesse, lorsqu'il évoque un sujet. Les clichés d'homme aisé, homosexuel délicat et raffiné, s'enchaînent, jusqu'à recouvrir ceux qui entourent son personnage principal. Charley, la meilleure amie de Georges, est une riche rentière qui s'ennuie, se maquille et s'habille pour faire passer les heures, et noie dans le gin ses souvenirs de jeunesse. Les étudiants de Georges sont lumineux - concrètement, pas à la manière second degré hilarant d'un Mr. Fox - et torses nus; ils ont les regards clairs et innocents.


    Celui qui sort Georges de son désespoir est, sans qu'il ne le dise directement, toujours avec cette belle subtilité qui domine le film, homosexuel. La relation qui se tisse entre cet adolescent, Kenny, et Georges, s'approche d'une impureté, sans jamais, heureusement, y sombrer. Tom Ford, encore une fois, est en-dehors de son propos. Il ne semble pas vouloir évoquer une pédophilie malsaine, mais, la réalisation, maladroite, y fait penser.


    Tom Ford ne réussit pas de coup d'éclat avec son premier film. Pesant, sans rythme ni style, ce n'est pas la fin, surprenant, qui arriverait à remonter le niveau.


    Site web:  http://fannynours.blogspot.com/2010/02/single-man-de-tom-ford.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites