La 36e chambre de Shaolin

Face à l'oppression du peuple chinois par les Mandchous, le jeune étudiant Liu Yu-Te rejoint la résistance, jusqu'au jour où son activité est découverte, entraînant le massacre de sa famille, ses amis. Traqué par l'ennemi, Liu décide de rejoindre le temple de Shaolin dans le but d'y apprendre le kung fu. C'est avec difficulté qu'il se fait accepter par les moines qui, d'ordinaire, refusent de communiquer leur art aux laïcs. Rebaptisé San Te, le jeune rebelle entame un parcours initiatique qui passera par une série d'épreuves se déroulant dans 35 chambres...

Classements de films avec La 36e chambre de Shaolin

Listes de films avec La 36e chambre de Shaolin
Les films d'arts martiaux hongkongais
Les meilleurs films d’action et d’arts martiaux sont très probablement issus de production Hongkongaise. Mélangeant aussi bien le genre du cinéma d’action ou des comédies, les films d’arts martiaux hongkongais ont particulièrement rayonné avec les productions de la ShawBrother. Ce film issu d’un genre de cinéma très particulier proposait des combats entre maître et de disciple issu de Shaolin. A la fin des années 80 le cinéma d’arts martiaux hongkongais évolue sous l’influence de personnalité telle que jacky chan pour quitter le monde du film en costume et préférer l’univers du polar favorisant une action plus efficaces.
Les films cultes de Quentin Tarantino
Cinéphile averti, Quentin Tarantino a consommé une quantité astronomique de films, notamment après avoir travaillé dans un vidéo club, où il a eu tout le temps nécessaire de se forger un univers cinéma riche et éclectique ; du cinéma italo-américain jusqu'aux films de Hong-Kong, en passant par le western spaghetti ou bien encore les films de série B, la liste est longue... Parmi ces œuvres, des films cultes ayant exercé une influence sur son cinéma. Un cadeau dont est reconnaissant Quentin Tarantino, en faisant référence et rendant hommage à certains d'entre eux. Le dernier exemple en date concerne son dernier bébé, Inglourious Basterds, qui renvoie entre autres au film d'Enzo G. Castellari, Une poignée de salopards (dont le titre américain était Inglorious Bastards, drôle de coïncidence...), où lorsque le film de guerre emprunte des codes au western spaghetti...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites