The Limits of Control

    |  8 |
    J'aime:
    Affiche du film The Limits of Control
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    The Limits of Control

    UTILISATEURS
    (3.6 pour 23 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 56min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    The Limits of Control : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Ghost dog : La Voie du samouraï
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Stranger than paradise
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Permanent Vacation
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Coffee and Cigarettes
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film 19
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Dead man
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film The Limits of Control

    L'histoire d'un mystérieux homme solitaire, dont les activités restent en dehors de la légalité. Il est sur le point d'achever une mission, dont l'objet n'est pas dévoilé. A la fois concentré et rêveur, notre homme accomplit un voyage à travers l'Espagne, mais aussi à l'intérieur de sa conscience...

    Photos du film The Limits of Control

    Ajouter une photo du film The Limits of Control

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de The Limits of Control
    7526 Vues

    Listes avec le film The Limits of Control

    Ajouter une liste au film The Limits of Control
    Les votes sont clôts! Merci pour votre participation à tous! Retrouvez les 30 meilleurs films élus par vous à l'adresse ci-dessous. Vous pouvez bien sûr continuer à voter pour les films qui vous ont...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film The Limits of Control
    cristal
    Le 27/11/2009
    211 critiques
    Jim Jarmusch est un cinéaste que l'on adore adorer ; en marge du système hollywoodien qu'il renie, touché par la grâce des années 80 (son cinéma des débuts, "Down by law" ou "Stranger than paradise"), toujours imprévisible puisqu'il surgit là où on ne l'attend absolument pas... Autant dire que nombreux sont ceux qui convoitaient son nouveau film au sein de leur panthéon, et la réponse à cette attente insoutenable tient... de l'imposture. Jarmusch est un cinéaste à ce point doué et empreint d'un talent de la nostalgie, toujours reconnaissable dans son empreinte un peu déjantée, qu'il a décidé que, dans n'importe quel cas, son public serait prêt à le suivre. Le parterre sidéré d'admirateurs largués en pleine route aura bien prouvé le contraire ; "The limits of control" n'est qu'une vague supercherie d'un auteur dont on aurait aimé qu'il soit honnête jusqu'au bout. Tout son cinéma finement alcoolisé tombe dans le fossé d'une création contemporaine et abstraite complètement artificielle, dénuée de signification ou même de sensations. On a l'impression que Jarmusch veut ici confronter le minimalisme (de l'histoire, des personnages), à un style excessif rempli de formes labyrinthiques et de jeux de lumières, perturbant ainsi l'effet de l'un comme de l'autre. Mais le plus flagrant reste le vide total du propos ; car même quand il veut jouer sur les genres, le film s'enfonce plus bas encore dans l'insignifiant et la paresse, relayant le dialogue à une répétition robotique de mots superflus, ou à des silences clippés sur des morceaux tirés d'un juke-box indé. La profusion d'acteurs fait elle aussi partie du mystère : à quoi bon étaler une telle palette de stars si c'est pour que chacun soit relégué à l'état d'apparition soudaine, l'une érotique, l'autre mystique, une autre hystérique, une humoristique? Pourquoi tout mêler dans cet infâme capharnaüm d'acteurs, de bruits, de pensées, de sensations inabouties? Impossible de suivre cette cavale d'un ennui assommant, road-movie du pauvre dans lequel il ne se passe bien moins que rien sinon un exercice de style mort-né et désossé de toute structure claire. Jarmusch a-t-il vraiment cru, dans sa faible source d'inspiration qu'a du être l'entourage du moment, qu'une paire de seins, un désert perdu, des rues catalanes, une guitare, un tango, et une construction psychédélique à base de tableaux abstraits et de boîtes d'allumettes auraient pu servir à construire un film? Certains maîtrisent la bizarrerie, d'autres la mélancolie, d'autres encore le mystère, et les plus talentueux sont ceux qui maîtrisent les trois à la fois. "The limits of control", lui, fait l'étalage de ces trois possibilités mais se noie dans une abîme sans fond de prétention formelle et de non-sens cinématographique, n'arrivant jamais à relier trois paramètres qui demandent une maîtrise totale de la narration et du style. De la part d'un si grand cinéaste, on appelle ça une grande déception, de celles qui suscitent l'inquiétude pour la suite.

    Site web:  http://moncinemamesfilmsmonart.blogs.allocine.fr/
    drfrankNfurter
    Le 11/04/2010
    82 critiques
    Peut-on s'émouvoir du peu de retentissement médiatique du dernier Jarmusch? Limits of Control aurait-il le privilège (risible) de faire partie des films incompris et injustement boudés par la critique et le public? Après les presque deux heures de visionnage, la réponse est sans appel... le cinéaste de Down by Law vient de réaliser son plus mauvais film. Son envie de continuer à rendre hommage au cinéma de Melville, Limits of Control narrant l'histoire d'un tueur à gage (Isaach de Bankolé) solitaire et énigmatique à travers l'Espagne, pouvait sembler sinon louable, tout du moins attiser la curiosité. Las... à moins que Jarmusch ait décidé avec ce long-métrage de lorgner vers le comique décalé voire surréaliste, or l'ennui et le ridicule sont à la croisée des chemins. Le personnage principal, quasi muet, marche dans les rues de Madrid, rode dans les musées, aime le flamenco, boit du café et rencontre des personnages incongrus faisant office de contact (1). Ils s'échangent des boites d'allumettes, celles-ci détenant un message codé indiquant le prochain lieu de rendez-vous, en attendant de rejoindre le lieu du dit contrat. Que retenir finalement de Limits? Pas son festival d'acteurs célèbres en roue libre faisant office de faire-valoir (John Hurt, Tilda Swinton, Gael Garcia Bernal, etc.), la palme revenant à un Bill Murray totalement à l'ouest. En fait, la meilleure approche serait de considérer le dernier Jarmusch comme un film promotionnel produit par l'office du tourisme espagnol, l'image de ce dernier étant comme à l'accoutumé chez Christopher Doyle d'une rare beauté. De même, si Limits peut à travers sa bande-originale faire découvrir aux néophytes les japonais de Boris, c'est déjà pas mal.
    ________________________________________________________________________

    (1) Avec toujours la même phrase en guise d'introduction: "You don't speak Spanish, right?"., suivi de la réponse de Bankolé: "No"... Si un jour à ces mots vous croisez quelqu'un qui difficilement réfrène un rire nerveux, vous pouvez être certain que ce dernier a vu Limits of Control... ses nerfs justement viennent de lâcher.

    Site web:  http://therockyhorrorcriticshow.blogspot.fr/2010/04/cronico-ristretto-jarmusch-herzog.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites