Miss Peregrine et les Enfants Particuliers

    |  15 |
    J'aime:
    - Adaptation de la saga de romans fantastiques pour la jeunesse signée Ransom Riggs, Miss Peregrine... voit un garçon pénétrer un univers où sont rassemblés des enfants doués tous d'étranges pouvoirs, et menacés par des démons ancestraux. Un film fantastique pour les jeunes spectateurs, mais aussi pour les amoureux des univers magiques vastes, puisqu'on retrouve Tim Burton à la réalisation. Les jeunes Asa Butterfield (Hugo Cabret, La Stratégie Ender), et Ella Purnell (Maléfique) y côtoient Eva Green (Casino Royale, Dark Shadows) en Miss Peregrine, et Samuel L. Jackson. Dans la lignée d'Harry Potter, voilà un film sur un monde merveilleux, annoncé comme riche en action, en aventure et en effets spéciaux colorés.
    Affiche du film Miss Peregrine et les Enfants Particuliers
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF
    VO

    Miss Peregrine et les Enfants Particuliers

    UTILISATEURS
    (3.7 pour 171 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    2h 7min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Miss Peregrine et les Enfants Particuliers : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Les Chroniques de Spiderwick
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Harry Potter et la coupe de feu
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Arthur et la Vengeance de Maltazard
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Hugo Cabret
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Harry Potter et l&#039;Ordre du Phénix
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film À la croisée des mondes : La Boussole d&#039;or
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Miss Peregrine et les Enfants Particuliers

    À la mort de son grand-père, Jacob découvre les indices et l’existence d’un monde mystérieux qui le mène dans un lieu magique : la Maison de Miss Peregrine pour Enfants Particuliers.
    Mais le mystère et le danger s’amplifient quand il apprend à connaître les résidents, leurs étranges pouvoirs … et leurs puissants ennemis.
    Finalement, Jacob découvre que seule sa propre "particularité" peut sauver ses nouveaux amis.

    Photos du film Miss Peregrine et les Enfants Particuliers

    Ajouter une photo du film Miss Peregrine et les Enfants Particuliers

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Miss Peregrine et les Enfants Particuliers
    1
    2
    page 1

    Listes avec le film Miss Peregrine et les Enfants Particuliers

    Ajouter une liste au film Miss Peregrine et les Enfants Particuliers
    Au début des années 2000, un sortilège a frappé les jeunes esprits : les séries littéraires d'aventure fantastique ! Au premier rang de celles-ci, la saga Harry Potter bien sûr. Le cinéma prit vite le...
    Vous cherchez une liste des meilleurs blockbusters du cinéma mondial ? Votre recherche s'arrête ici puisque cinetrafic a compilé une liste des plus gros films à succès de l'histoire du cinéma....
    Nous savons tous que le cinéma est un support magique qui permet de voyager dans des univers différents. La magie est doublée lorsque les films que nous voyons parlent de la... magie ! Cinetrafic a créé une...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Miss Peregrine et les Enfants Particuliers
    nathvaaucinema
    Le 24/10/2016
    0 critique
    Malgré sa beauté visuelle indéniable, Miss Peregrine a du mal à charmer par manque d'émotion. Les personnages, bien qu'adorables, évoluent de manière mécanique sans arriver à surprendre.
    Tim Burton revient à l'essence de son univers, mais il manque encore l'ingrédient indispensable de l'émotion par la surprise pour emporter le spectateur dans son monde si particulier.
    Critique complète sur mon blog :

    Site web:  http://nathvaaucinema.canalblog.com/archives/2016/10/24/34477087.html
    tinalakiller
    Le 14/10/2016
    362 critiques
    En dehors de quelques exceptions (qui ne sont cependant pas des chefs-d’oeuvre, je pense notamment, en ce qui me concerne, à Sweeney Todd), ça fait depuis pratiquement une quinzaine d’années que Tim Burton n’a plus d’inspiration, qu’il se recycle (et pourtant il a été longtemps un de mes réalisateurs préférés). Mais chez moi, malgré les déceptions que j’ai pu avoir ces dernières années, un Tim Burton suscite encore un intérêt chez moi, c’est toujours un événement. J’attends (faussement) naïvement son prochain vrai bijou. Cette fois-ci il adapte best-seller de l’auteur américain Ransom Riggs. Je me suis procurée le bouquin il y a déjà deux mois mais je vois l’adaptation de Burton, je n’ai pour l’instant pas envie de le lire même si j’ai peut-être tort ! Quand on n’a pas lu le bouquin qui sert de matériau, il est toujours difficile de savoir si le problème d’un film vient du texte d’origine ou du travail d’adaptation même si à ce stade-là je me dis que ça doit probablement venir des deux, d’où maintenant ma méfiance envers le roman (en réalité une trilogie). Cela me fait de la peine au fond de ne pas avoir accroché car je dois reconnaître qu’on reconnait par moments la patte de Tim Burton même si encore une fois je trouve qu’il recycle beaucoup d’idées. On sait par exemple son intérêt pour la photographie, en particulier pour les clichés étranges et même effrayants. Ca se ressent à l’écran et ça crée – heureusement – un joli moment cinématographique. Par ailleurs, on retrouve ces photographies dans l’ouvrage de Riggs. Je pense aussi à cette scène folle (une des meilleures du film même si les figurants ont l’air de faire leur jogging !) au parc d’attraction avec les squelettes qui débarquent et un caméo sympathique de Tim Burton himself ! Enfin, dans les thèmes abordés, on retrouve de nouveau des thèmes qui lui sont chers : la différence, le monde de l’enfance (et le passage vers l’âge adulte), le monstre ou encore la mort. Oui, les thèmes sont effectivement riches mais hélas on ne fait que les survoler. C’est forcément frustrant de passer à côté d’une éventuelle profondeur.
    Au-delà de la non-exploitation des thèmes, ce qui m’a à la fois frustrée et foutue en boule, l’histoire ne m’a pas plus emballée que ça (d’où aussi mon appréhension pour découvrir le bouquin). Il faut dire qu’on met une plombe pour entrer dans l’histoire. La première partie ? On se dit tout le long « ah ce gosse, il aimait son grand-père ! Il est braaaave ». Puis une fois qu’on a vraiment découvert Miss Peregrine, les gosses, la maison, le voyage dans le temps et tout le reste qui va avec, sans aucune raison, il y a absolument tout qui s’enchaîne… Mais limite trop ! Je n’ai rien contre le fantastique, loin de là, mais on a vraiment l’impression de passer d’un monde à l’autre (du réel actuel sans magie et sombre à un autre très coloré dans un autre temps avec les bizarreries et autres choses merveilleuses) sans réelle transition. Limite on passe du coq à l’âne ! Surtout dans la deuxième partie, tout s’accélère au point qu’on ne comprend pas toujours tout ce qui se passe (ou alors je passe pour une demeurée… ce que je peux accepter !) ! On voit plein de monstres débouler à droite et à gauche, ça m’a fatiguée ! J’ai trouvé ça faussement compliqué cette histoire de boucle dans le temps, pas forcément très bien expliquée non plus. Surtout, je n’ai pas spécialement compris l’intérêt des particularités des enfants. Oui, on a compris le message autour de la différence voire même autour des victimes de la guerre, du nazisme notamment. Mais je ne trouve pas les pouvoirs de chacun très bien exploités. On a un peu l’impression que certains ont des pouvoirs parce que c’est cool mais au fond, en dehors d’une seule scène, on ne comprend pas trop leur utilité ni l’intérêt, même en ce qui concerne le héros. Pour certains (je pense notamment à Enoch ce chieur ou encore les jumeaux), on met une plombe à connaître leurs pouvoirs. La particularité des enfants m’a semblé du coup assez superficielle. On notera aussi au passage quelques incohérences notamment une liée aux chaussures de plomb d’Emma (un objet assez unique qu’on ne trouve pas comme ça dans un supermarché), celle qui peut s’envoler comme un ballon. Du genre, Burton prend le temps de nous montrer qu’elle ne les a plus, qu’elle les abandonne, que Jake la transporte juste après avec une corde vu qu’elle n’a plus de chaussures. Là on se dit « chouette, il a fait attention ». Et deux scènes plus tard, BIM ! Tu ne sais pas d’où elle les sort mais la meuf a soudainement retrouvé ses pompes !
    J'ai envie de dire du bien d’Eva Green (que j’aime de plus en plus alors qu’il y a quelques années j’avais du mal avec elle). Oui, elle joue bien, elle correspond bien à l’univers de Burton (sa deuxième incursion après le pas très bon Dark Shadows). Son interprétation est bonne, l’actrice est très charismatique, j’aime son côté sombre et sorti d’un autre temps, je n’ai pas de reproche à lui faire, le job est plus que bien fait. Je ne sais pas du tout comment apparaît son personnage dans le roman, je comprends aussi l’envie de mettre en avant les enfants particuliers. Mais on la voit tellement trop peu ! On a presque envie d’inscrire en premier dans le générique « Un oiseau » ! Le reste du casting ne m’a pas tellement impressionnée pour ne pas dire déçue. Pourtant, j’aime beaucoup certains acteurs. Par exemple, en méchant avec des yeux blancs et des dents de monstre sorti d’un dessin pour gosse, Samuel L. Jackson cabotine énormément ! J’ai également beaucoup de sympathie depuis un moment pour le jeune Asa Butterfield, on sait depuis un moment qu’il a du potentiel et pourrait avoir une carrière intéressante s’il ne fait pas trop de conneries. Mais là sans dire qu’il joue comme un pied, il ne m’a pas totalement convaincue, mais je pense que le personnage en lui-même n’est finalement pas très intéressant (en dehors de « c’est choupi, il aime son papi ! »). Le reste du casting n’est pas forcément mauvais mais je dirais que c’est sans plus, les acteurs passent, ils sont à peu près contents d’être dans le nouveau Tim Burton parce que, quand même, c’est Tim Burton, ils font donc le job. Seul Terence Stamp sort finalement un peu du lot. Pour sauver tout ça, en dehors de quelques thèmes intéressants mais qui auraient pu être mieux traités, de quelques scènes tout de même amusantes et pas trop mal foutues, je dois tout de même reconnaître un travail esthétique. Rien que visuellement on parvient à faire une distinction entre les deux mondes. Encore une fois on va aussi revenir au lien avec la photographie : il y a des scènes où on voit effectivement bien ce rapport et en général ces aspects sont plutôt bien mis en valeur (même s’il n’y en a pas des masses non plus).



    Site web:  https://tinalakiller.com/2016/10/14/miss-peregrine-et-les-enfants-particuliers/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites