Hardcore Henry

    |  4 |
    J'aime:
    ILS ONT FAIT DE VOUS UNE ARME. MAINTENANT, ILS VEULENT VOUS DÉTRUIRE. - Alors qu'il est sur le point de mourir, Henry est ramené in extremis à la vie par sa femme qui l'a à moitié transformé en cyborg. Peu après, Henry, aidé de Jimmy, son seul espoir, doit sauver sa femme des griffes d'Akan, un tyran doté de pouvoirs télékinétiques et son armée de mercenaire. Intégralement tourné en caméra subjective, Hardcore Henry est un film d'action et de science-fiction ultra violent et haletant.
    Affiche du film Hardcore Henry
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF
    VO

    Hardcore Henry

    UTILISATEURS
    (3.15 pour 38 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    Russie,Etats-Unis
    DUREE:
    1h 34min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Hardcore Henry : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film The Russian Transporter, Mission Protection
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Shadow Chaser 3
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Hell Driver 3D
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Boulevard de la mort
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Bad Ass 3
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Bad Ass 2: Bad Asses
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Hardcore Henry

    Attachez votre ceinture. Hardcore Henry est certainement l’expérience la plus intense et la plus originale à vivre au cinéma depuis bien longtemps!
    Vous ne vous souvenez de rien.
    Votre femme vient de vous ramener à la vie. Elle vous apprend votre nom : Henry.
    Cinq minutes plus tard, vous êtes la cible d’une armée de mercenaires menée par un puissant chef militaire en quête de domination du monde. Vous parvenez à vous échapper mais votre femme se fait kidnapper. Vous voilà perdu dans un Moscou hostile. Ici tout le monde semble vouloir votre mort. Vous ne pouvez compter sur personne. Sauf peut-être sur le mystérieux Jimmy. Pouvez-vous lui faire confiance ? Arriverez-vous à survivre à ce chaos, sauver votre femme et à faire la lumière sur votre véritable identité ?
    Bonne chance Henry, vous allez en avoir besoin.

    Photos du film Hardcore Henry

    Ajouter une photo du film Hardcore Henry

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Hardcore Henry
    9269 Vues
    19220 Vues
    2270 Vues
    1
    2
    3
    page 1

    Listes avec le film Hardcore Henry

    Ajouter une liste au film Hardcore Henry
    Cette liste de film répertorie les films de science-fiction se déroulant dans l’univers de la robotique, des androïdes et autres formes d’intelligences artificielles humanoïdes issues de la science. Dès...
    The Expendables sort ce mercredi en salles pour le plus grand plaisir des fans du cinéma d'action hollywoodien. Sylvester Stallone a réuni un casting bien musclé pour ce blockbuster bourré à la...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Hardcore Henry
    Nio_Lynes
    Le 11/10/2016
    282 critiques
    Passé les premières minutes d'un générique outrancier et malsain mêlant sans problème esthétisation de la violence et du meurtre à sa propre adoration dans un ralenti rougeâtre qui se voudrait probablement giallesque et n'est que clippesque, j'ai eu un soupir de soulagement devant un film qui s'assume totalement comme une bonne grosse série B d'action un brin nanardesque. Et donc j'ai pris mon pied. Faut dire que dès que j'ai vu la mention du nom de Timur Bekmambetov, je me suis presque frotté les mains en murmurant : "OH LA DOSE DE COKE VA ÊTRE BONNE".

    Ahhh Timur, mon ami Timur.

    Quelles bonnes bitures ne nous as tu déjà pas concocté toi-même quand tu ne les produisait pas, du fin fond de ta cave aux merveilles. Grâce à Timur, Timothy se Leary, mon sang ne fit qu'un tour, mes yeux s'exorbitèrent. Grâce à Timur on découvrit les super-héros russes dans Daywatch et Nightwatch. A l'époque j'avais vu le premier en 2006 suite à une main innocente (on ne savait pas où elle avait traîné) qui me le prêta le temps d'un week-end. J'en ressortit en me disant déprimé avec la voix de Jean-Luc Godard que le cinéma était mort. Aujourd'hui je relativise (il faut dire que l'époque est tellement plus flippante que ce que l'on voit sur les écrans donc bon). Entre-temps il faut dire que Timur nous a appris à aimer les présidents morts chasseurs de vampires à leurs temps perdus quand ce n'étaient pas des djeunzs forcément SWAG qui s'improvisent tueurs professionnels en disant FUCK à la face du monde (et du spectateur). Et puis n'oublions pas son nouveau film où, pendant la Rome antique on peut observer la magnifique coupe de dreadlocks de Morgan Freeman.

    Tout ça pour dire que l'on laisse (très volontiers) son cerveau au vestiaire pour suivre le parcours d'un androïde poursuivi 24h/24, qui se mange beignes sur beignes dans la tronche, fait du parkour et démolit la moitié des tueurs que peut compter la Russie en vrai machine à tuer pour à priori retrouver sa femme. C'est vrai que la sublime Haley Benett (découverte pour ma part dans le Kaboom de Gregg Araki et qu'on reverra prochainement en 2017 ensuite chez... Terrence Malick), on a presque envie de tout faire pour la sauver. Et puis c'est rigolo de voir Sharlto Copley qui a plusieurs vies dans le jeu vidéo quoi.

    L'influence principale du film de toutes façons, c'est les jeux vidéos et le film assume totalement ça. Non content de reprendre la caméra subjective, on nous colle même constamment le bras de côté quand on tire (oui, j'emploie finalement "on" plutôt que "il" étant donné que jamais l'on ne verra le visage d'Henry du film) comme dans certains jeux à la première personne (les fameux FPS - first person shooter dont DOOM est un des fleurons du genre). Sauf qu'à ce stade, il y a copie et copie. Le bras trop de côté, on voit ce que ça a donné (à partir de 9mn15). Et c'est justement en voulant imiter du réel et le calquer sur du jeu vidéo que le spectateur (qui est bien moins stupide qu'on le croit... normalement) ne deviendra pas accro à la violence du film, tellement surréaliste qu'on ne peut décemment y croire. Ou alors dans ce cas les jeux vidéos rendent bien violents et meurtriers, le punk c'est l'anarchie et les metalleux sacrifient des enfants sur scènes tant qu'on y est.

    Surréaliste à un point qu'elle en devient donc fun. Le film reprend directement les gimmicks et styles d'un Call of duty (snipers inside) mélangé à Mirror edge (vue en FPs avec scènes de parkour intégré sans oublier éléments à emprunter presque soulignés), quitte même comme dans les jeux à déformer la réalité (les tirs directs, les grenades qui ne laissent aucuns survivants et font du travail bien propret sans oublier la "base" complètement dans les airs) allégrement selon son bon plaisir (le final avec les corps en suspension, le méchant qui officie en boss principal avec ses pouvoirs psychiques). En fait le film se veut tellement autre qu'il se coupe presque de lui-même de certains spectateurs. Car le cinéma n'est pas le jeu vidéo, d'où probablement de la frustration pour certains. A moins d'actionner des boutons comme au Futuroscope pour savoir quel embranchement le film va suivre ou faire un "film intéractif" qui n'est autre qu'un jeu vidéo avec des séquences cinématographiques qui prennent beaucoup plus le pas sur le principe de jeu justement (et provoquent également une sorte de frustration dans l'autre sens). Ce n'était pas mon cas étant donné que je joue beaucoup moins depuis plusieurs années et que je préfère jouer en explorant, donc en observant et glandant qu'au détriment d'une certaine vélocité où je suivrais les rails de la narration. D'ailleurs je me dois de faire mon coming-out : j'ai jamais fini Shenmue sur dreamcast, je préfère nourrir le chaton et traîner en salle d'arcade que venger la mort de mon papa en suivant l'histoire. Quel putain de fils indigne je fais. J'ai honte. Mais juste un instant. J'ai un chaton à nourrir moi.

    D'où que je pense que ce film ne se classera pas forcément parmi les meilleurs films du genre puisqu'il est complètement à part. Qu'il n'a aucun genre à priori. Ovni hybride pourtant sans descendance dont le seul but est d'amuser son spectateur à plusieurs degrés, de l'indignation du cinéphile devant le spectacle proposé à celui qui pendant 1h30 (en plus ça a le mérite d'être d'une durée relativement normale, un bon point pour lui) ira oublier une réalité vouée à une telle vacuité que celle du film pourra lui sembler d'une finesse presque KOLOSSALE à côté. Ou tout comme. Moi je me suis amusé devant ce film, j'ai bien pris mon pied quoi. Et pour conclure je dirais à l'instar de cette chronique qu'il ne faut pas chercher de justification au film : il est, point barre. A vous justement de voir si vous l'appréciez en tant que tel ou non. Là est la seule question "philosophique" à se poser.

    Mais pas trop longtemps parce que j'ai une partie qui m'attends.

    De Mirror Edge, tiens.

    Oh yeah.

    Site web:  http://dvdtator.canalblog.com/archives/2016/10/09/34420309.html
    Emma666
    Le 06/10/2016
    48 critiques
    Doom, ça vous dis quelque chose ? Un jeu de shoot où l'on voit à travers les yeux de son personnage... Bah Hardcore Henry, c'est le même principe. Si vous pensiez que filmer caméra à l'épaule, c'était déjà compliquer la compréhension, là, c'est encore plus dérangeant. Parce qu'on ne voit pas à quoi ressemble le héros, et que l'histoire commence sur les chapeaux de roues. Henry se réveille sur une table d'opération. Sa femme l'a rafistoler en lui implantant un nouveau bras et une nouvelle jambe bioniques, et lui a fait la révision des 3000, niveau cardiaque. Il est amnésique, mais la nana est assez mignonne pour qu'il dise ok à l'annonce de leurs relations. Sitôt après, elle se fait enlever par un malfrat, et voilà notre Henry qui va passer tout le film à le poursuivre, aidé par Jimmy, un type qui meurt souvent, mais qui a plus d'un tour dans son sac...

    Hardcore Henry a un scénario post-it, mais c'est une qualité complètement assumée dans cette production américano-russe. On a un comédien d'exception (pas Henry, on ne le voit jamais), Sharlto Copley, l'acteur fétiche de Neill Blomkamp (District 9, Elysium, Chappie), qui joue les caméléons complètement déjanté. On a de l'action, beaucoup d'action : des explosions, du sang, et surtout, du parkour ! Alors autant vous dire que certaines scènes vont peut-être vous filer la gerbe, réveiller la peur du vide qui se terre en vous, mais l'adrénaline n'en est que multipliée. Comme pour Doom, vous vous prendrez au jeu et vous aussi vous baisserez pour éviter les projectiles. Et tout cela, sans l'aide de la 3D...

    Donc voilà un bon film d'action, pas révolutionnaire sur le fond, mais avec quelques ingrédients assez originaux pour vous donner envie de sauter partout et de tirer à tout va. Et rien que pour Sharlto Copley, ça vaut le coup d'oeil.

    Site web:  http://lapauselecture.canalblog.com/archives/2016/10/06/34407821.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites