La Guerre est déclarée

    |  15 |
    J'aime:
    UN COMBAT TOUCHANT CONTRE LA MALADIE - Roméo et Juliette s'aiment, du genre d'amour qui défie les montagnes. De leur union naît Adam, un magnifique petit garçon. Mais leur monde bascule le jour où ils découvrent qu'Adam est atteint d'une tumeur au cerveau. Entre amour infini et peine immense, La Guerre est déclarée, drame autobiographique de Valérie Donzelli et Jérémie Elkaïm (respectivement réalisatrice/actrice et acteur), raconte le combat acharné des deux acteurs pour sauver leur fils et leur histoire d'amour, plus forte que tout.
    Affiche du film La Guerre est déclarée
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    La Guerre est déclarée

    UTILISATEURS
    (3.55 pour 327 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 40min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    La Guerre est déclarée : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Main dans la main
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Les Bien-aimés
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Mes séances de lutte
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Un couple parfait
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Emmène-moi
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La Naissance de l&#039;amour
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    La Guerre est déclarée: ADN

    Top Films:
    Courant, Mouvement et Ecole cinématographique Post nouvelle vague française

    Synopsis du film La Guerre est déclarée

    Entre Roméo, Juliette, c'est le coup de foudre,, bientôt, un bébé. Quand Adam est diagnostiqué d'une maladie grave, ses parents mettent en place un plan de bataille pour en venir à bout.Seul l'amour pouvait permettre à la vie de l'emporter...

    Photos du film La Guerre est déclarée

    Ajouter une photo du film La Guerre est déclarée

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de La Guerre est déclarée

    Listes avec le film La Guerre est déclarée

    Ajouter une liste au film La Guerre est déclarée
    Se confronter au cinéma d'auteur revient souvent à se plonger dans des films au style reconnaissable, à la mise en scène ambitieuse, et au scénario doté d'enjeux profonds. Dans ce champ, beaucoup...
    Comment faire pour qu'une relation de couple dure ou marche tout simplement ? Qu'est-ce qui fait que c'est cette personne et pas une autre ? Des centaines de films plus tard, le mystère reste...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film La Guerre est déclarée
    filou49
    Le 20/12/2011
    148 critiques
    e ne suis visiblement pas le seul a éprouver ce sentiment : assez souvent, lorsqu'un film arrive précédé d'une rumeur trés flatteuse et qu'on est persuadé qu'on va l'adorer, il est rarement à la hauteur des espérances et on ressent donc une petite pointe de déception.

    J'avais peur que ce cas de figure se présente à la vision de La Guerre est déclarée tant, depuis sa présentation en mai dernier sur la croisette à la semaine de la critique, ce film est sur toutes les lèvres et a fait un buzz assez sensationnel, surtout pour un film avec un si petit budget, avec aucune star, et surtout avec un tel sujet.

    Le sujet, parlons en justement : moi qui ai tendance à privilégier les histoires les plus tristes possibles, j'ai toujours un peu de mal avec la critique institutionnalisée qui répugne devant les drames en tout genre, en sortant les tradtionnels adjectifs les plus infamants à leur yeux : "pathos", "mélo", "larmoyant"...En général, lorsqu'un drame évite, selon leurs critères strictement établis, ces éceuils, on se retrouve avec un film à la Dardenne ou à la Desplechin, c'est à dire complétement froid, théorique et qui surtout prend bien soin d'éviter toute émotion possible. J'avais donc un peu peur que ce film n'aborde pas frontalement le sujet et nous laisse extérieur au drame que traverse les protagonistes, et qu'on ressorte de la salle les yeux secs.

    Et bien, n'en déplaise aux quelques facheux que j'ai pu lire sur la blogosphère (je me disais bien que ce film faisaitguerre est déclarée trop l'unanimité pour être honnete), La guerre est déclarée est une vraie petite merveille d'intelligence, de subtilité, et avant tout d'émotion (c'est rare que j'écrive en si gros, mais comme cela, aucun doute possible sur mon jugement)

    Le film parle certes d'individus qui ne viennent pas forcément de notre milieu (et qui parle sans doute de façon un peu trop littéraire, surtout au début, c'est vraiment le seul petit bémol du film), mais impossible de ne pas se reconnaitre en eux, notamment dans la première partie, avant la maladie de leur enfant. Tous les jeunes parents ont en effet connu tous ces sentiments mélés : l'impression de sentir tyrannisé par les pleurs de son bébé, les inquiétudes avant chaque séance chez le pédiatre, et la peur de lui poser une question incongrue, et également l'envie de continuer à vivre malgré les contraintes liées à l'arrivée d'un être totalement dépendant de nous.

    Et cette envie de vivre malgré et envers tout sera forcément décuplée par l'annonce de la maladie d'Adam, et ce, même si le découragement et les inquiétudes peuvent parfois légitimement poindre. Nous avons tous quelque chose de Roméo et de Juliette, et nous nous cessons, tout au long du film, de nous féliciter intérieurement de ne pas connaitre le même coup du sort qu'eux, car il n'est pas sûr que nous réagirons avec le même optimisme à tout épreuve ( personnellement, je suis même quasi certain du contraire, mais tant qu'on est pas dans la situation, on va me laisser le bénéfice du doute...)

    On se reconnait donc évidemment dans ce couple, mais heureusement, la caméra de Danzelli arrive à apporter la fantaisie nécessaire pour qu'on ait jamais l'impression d'assister à un documentaire trop naturaliste. C'est pour cela que le jeu des acteurs est un peu décalé ( ce qui peut gêner certains spectateurs), et que la réalisatrice arrive à intégrer du léger dans des scènes émotionnellement chargées ( la pédiatre qui se trompe de téléphone au moment de la révélation de la maladie)

    Bref, le traitement de l'histoire est magnifique: aucun méchant n'a droit de cité (même les médecins apparaissent profondément humains, notamment le Professeur Sainte Rose, magnfiquement campé par le trop rare Frédéric Pierrot), à part cette saleté de crabe qui s'abat sur l'être le plus innocent qui soit: un enfant. Et d'ailleurs, même si, comme je viens de le souligner plus haut, le pathos n'imprime jamais la pellicule de Donzelli (ouf, on est donc tous rassuré, n'est ce pas, monsieur les critiques?), il est impossible de retenir ses larmes lors de cette scène où avant de passer un scanner Adam est cramponné à son lit/ barreau, en regardant sa mère d'un air totalement perdu...Et évidemment, ayant les glandes lacrymales un peu trop fragiles, ce n'est évidemment pas le seul moment du film qui m'ait fait pleurnicher..

    Et outre le scénario, la réalisation, dont j'avais un peu peur du coté filmé sur le vif avec un appareil photo m'a parue trés belle, avec une image assez impeccable, et des scènes de toute beauté ( notamment la scène qui se passe dans le garage de l'hôpital avant l'opération de la dernière chance). On savait dès le début du film, et même avant pour tous ceux qui ont entendu ou lu les propos de la réalisatrice, que l'enfant allait s'en sortir totalement, mais on ne peut s'empecher de se cramponner sur notre siège en espérant ardemment la guérison d'Adam .

    A l'heure où pas mal de film me laisse assez indifférent au sort des personnages qui les peuplent, ce film profondément habité et boulerversant est une excellente nouvelle pour le cinéma français, et le cinéma tout court.

    Site web:  http://www.baz-art.org/archives/2011/09/19/22020258.html
    satinesdiamonds
    Le 01/11/2011
    178 critiques
    La première fois que j'ai entendu parlé de ce film, c'était à l'occasion du Festival de Cannes où le film fut acclamé par la critique de manière unanime.
    Peu connaisseuse du travail de Valérie DONZELLI mais néanmoins touchée par l'actrice et surtout par le sujet du fim, je m'engageais dans ce film où la mort plane tel un spectre mais qui célèbre pourtant la vie plus que tout.
    Il est difficile de parler de ce film, l'ayant vu au cours d'une journée particulièrement forte en terme d'émotions ( l'article qui suit parle de l'autre film vu le même jour, ce qui explique ce trop plein d'émotion ).
    Le fait que le film soit inspiré de l'histoire de la réalisatrice/scénariste/actrice et de son ancien compagnon scénariste/acteur y est pour beaucoup dans mon ressenti. Et l'émotion atteint son paroxysme lorsque l'on sait que le petit garçon qui apparaît au début et à la fin du film est le leur, qui a eu à affronter la maladie.
    Concernant le film en lui-même, Valérie DONZELLI et Jérémie ELKAÏM tenaient à ne pas faire un film larmoyant de leur histoire personnelle, mais bien un film à réflexion, qui célèbre davantage l'amour et la vie, tenant la maladie et la mort en échec. Pari réussi, car si le film se veut lourd ( par moment ) de par son sujet, il alterne à merveille moments douloureux et moments joyeux ( comme cette longue tirade lorsqu'ils se retrouvent à passer la nuit à l'hôpital, sourires assurés ).
    Jamais cliché ou poussif, à aucun moment, la réalisatrice ne nous dit quoi ressentir. Les émotions viennent toutes seules, qu'ils s'agissent de tristesse ou de joie.
    Elle fait part de son histoire réelle, tout en intégrant une part de distance, ne serait-ce que du fait des prénoms des deux protagonistes.
    Avec ce film, Valérie DONZELLI se fait sa place dans le paysage des réalisateurs ( et trop rares réalisatrices ) français, en ayant des choses à dire, en mettant en lumière des choses qui nous parlent, avec ce qu'il faut de poésie, en n'ayant jamais recourt à la facilité ( comme cette vision de la progression de la maladie, ce côté sanguin ! ).
    La jeune réalisatrice sait également surprendre son public grâce à une bande-son tout en poésie et étonnante, la Palme allant à SPOILERS !!!!!!!!!!!!!! ce petit moment hors du temps où les deux héros se mettent à chanter.

    Au final, c'est une jolie histoire qui nous est contée, au dénouement heureux ( pas de réel spoiler ici puisque Valérie DONZELLI et Jérémie ELKAÏM parlent avec envie de leur histoire et de leur fils qui va mieux aujourd'hui ), avec une galerie de personnages de soutien nécessaires aux deux personnages ( à défaut de l'être vraiment dans l'histoire ). Une vision de ce que peut être la vie quand on fait le choix de se battre pour elle et de mettre quelque peu de côté son aspect douloureux malgré les épreuves. Comme si le triomphe sur la maladie résidait dans la possibilité de faire de son quotidien le plus beau possible.

    Une leçon humaine et de courage. Une réalisatrice hors pair. Un ancien couple qui a su garder toute sa complicité pour conserver le meilleur de leur relation

    Site web:  http://satinesdiamonds.skyrock.com/3029300306-la-guerre-est-declaree.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites