Les Immortels

    |  12 |
    J'aime:
    - Jurant de venger sa mère tuée par des soldats, Thésée, aidé de l'oracle Phèdre, se lance dans une mission périlleuse pour sauver l'humanité et les dieux de l'Olympe du terrible dessein du sanguinaire roi Hypérion, qui souhaite libérer les Titans et détruire le monde. Porté par un casting cinq étoiles dont Henry Cavill, Les Immortels est un péplum explosif, haletant et prenant.
    Affiche du film Les Immortels
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Les Immortels

    UTILISATEURS
    (3.05 pour 183 notes)
    + Fiche complète

    Les Immortels : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Le Choc des titans
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La Colère des Titans
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film 300
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La légende de Beowulf
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Le 13e Guerrier
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Gods of Egypt
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Les Immortels

    Dans la Grèce antique, Thésée, un jeune guerrier, va mener ses hommes à la bataille avec les dieux de l'Olympe pour tenter de repousser les Titans, anciens dieux primaires qui ont juré de détruire l'humanité.

    Photos du film Les Immortels

    Ajouter une photo du film Les Immortels

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Les Immortels
    23602 Vues
    Trailer - VO - Les Immortels
    Bande-annonce VF
    1198 Vues

    Listes avec le film Les Immortels

    Ajouter une liste au film Les Immortels
    Au début des années 2000, un sortilège a frappé les jeunes esprits : les séries littéraires d'aventure fantastique ! Au premier rang de celles-ci, la saga Harry Potter bien sûr. Le cinéma prit vite le...
    Vous cherchez une liste des meilleurs blockbusters du cinéma mondial ? Votre recherche s'arrête ici puisque cinetrafic a compilé une liste des plus gros films à succès de l'histoire du cinéma....
    A l'image de Pompéi, le dernier film spectaculaire de Paul WS Anderson, les films de Péplum retrouvent une nouvelle jeunesse, grâce notamment aux avancées technologiques en matière d'effets...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Les Immortels
    Miss_Kan
    Le 13/04/2012
    9 critiques
    Les immortels est avant tout un très bon divertissement sur lequel l’on pourrait parler bien plus longuement si 300 ne l’avait pas précédé. Leur similarité étouffe en effet ce titre ci, d’autant que 300 était à mon gout en terme de scénario bien au dessus.

    La suite sur http://www.nosmeilleursfilms.fr/critiques-films/les-immortels-critique

    Site web:  http://www.nosmeilleursfilms.fr/critiques-films/les-immortels-critique
    Nio_Lynes
    Le 02/04/2012
    282 critiques
    Le genre mythologique est quotidiennement remis à jour ces derniers temps pour le meilleur et pour le pire. Fallait-il le blâmer ou l'en remercier mais 300 avait ouvert les hostilités d'une fort belle manière il y a quelques années. Et même si j'y trouve régulièrement matière à redire (cette voix-off lourdingue et omniprésente qui souligne constamment, CONSTAMMENT, ce qui se trouve à l'image par exemple et empêche le film d'atteindre des sommets que le comics d'origine de Frank Miller avait déjà atteint, désolé), on ne peut que remercier Zack Snyder (pour le coup) d'avoir ainsi pu attirer toute une frange du public vers nos héros en guêtres, boucliers et parfois peaux de bêtes (l'ami Jason) même si le genre s'en trouve souvent assez malmené (la colère des titans, le choc des titans...). Et disons le net, Les immortels ne viendra certainement pas clarifier les choses, le cul entre deux chaises, massacrant avec un certain brio tout le culte mythologique entourant Thésée tout en magnifiant formidablement l'aspect visuel et les batailles par l'incroyable talent de stylisation de ce diable de conteur qu'est Tarsem Singh.


    Ecrit par les frangins Parlapanides (qu'on va remercier et raccompagner gentiment à la porte hein), l'histoire entremêle un peu toute la mythologie grecque pour tisser une grande épopée un peu bordélique. Les fans de mythologie grincent encore des dents, on les comprend. Hypérion n'est pas un roi à la base, mais l'un des Titans normalement père du soleil, de la lune et de l'aurore, Thésée n'est pas un simple fils de pêcheur, ou plutôt si, mais dans sa jeunesse et cela avant de récupérer l'épée de son père, le roi Egée et avec laquelle il se fera reconnaître dans un banquet où il est l'invité d'honneur une fois invité à Athènes suite à ses nombreuses aventures sur les routes de la Grèce (où il défait un nombre pas possible de brigands en tous genre). Banquet où Médee tenta de l'empoisonner la bougresse, avant de s'enfuir en Asie, saine et sauve, son forfait éventé. Là déjà, il y a matière fabuleuse à faire un grand drame en film ou une mini-série. Et vous connaissez la suite... Le labyrinthe, le minotaure, Ariane, la voile noire et encore plus loin, l'aventure de la Toison d'or, ses aventures avec Pirithoüs... La légende est vaste et passionnante.


    Cette légende se retrouve donc ici complètement emmaillée, retricottée n'importe comment et voilà que Thésée se retrouve avec les dieux à retenir les titans. On se demande pour le coup s'il n'y avait franchement pas moyen quitte à tricher, de prendre un autre héros grecque largement moins connu ou de bâtir un personnage totalement fictif. En fermant les yeux sur toutes ces bases historiques savamment pillées (toutes les grandes Histoires même tronquées ou disponibles hors d'un éventuel "director's cut" ne s'en laissent généralement pas abattre pour autant on le sait), le récit reste captivant pour plusieurs raisons et notamment le savoir faire de Tarsem Singh qui entraîne toute son équipe dans sa vision toute d'artificialité d'autant plus revendiquée qu'elle reste homogène de bout en bout, traçant des visions esthétiques sublimes et peu égalées dans un blockbuster pourtant tout public.


    Le réalisateur justifie ses choix personnels du fait qu'il adore les mythes grecques tout en souhaitant ramener cela à une vision plus humaine. D'où peut-être un nécessaire triturage mythologique (et après tout, les règles ne sont-elles pas souvent faites pour être contournées ou brisées ?). D'où une magnification de décors immenses où sont plongés les personnages. D'où des dieux et titans à la même hauteur que les humains mais bénéficiant d'aptitudes qui en font plus des surhommes. Constamment habillés d'or en contraste avec la peau de cendres des titans, nos êtres divins bénéficient en plus de costumes signés Eiko Ishioka (remember le Dracula de Coppola !) et brillent plus ou moins dans l'obscurité sans que cela ne tombe dans le ridicule.


    Des surhommes donc, dans la manière en fait dont Tarsem Singh va filmer les différents combats du film. Si les hommes combattent généralement à vitesse réelle ou légèrement ralentie, les combats dieux contre hommes ainsi que Dieux contre Titans s'alignent sur des vitesses de 500 à 1000 images par secondes créant une vision de combat proprement stupéfiante. A celà s'adjoint souvent le fait que l'arrière plan d'un combat s'avère plus rapide que ce qui est au premier plan ou que le sang d'un titan qui jaillit s'avère plus lent à éclabousser que le mouvement de l'arme ou de la main d'un dieu qui vient de le trancher. Là je parle aux cinéphiles mais ceux qui ont vu le Zatoichi de Kitano doivent pouvoir visualiser l'effet. Dans ce dernier, le combat au ralenti laissait jaillir le sang à la fois au ralenti (un léger retard à jaillir) et en accéléré (par rapport au même combat déjà ralenti) grâce à l'ordinateur (le sang est presque toujours numérique dans ce cas), livrant un étrange et passionnant effet.


    Alors oui le film est inégal pour beaucoup de choses. On pourra trouver les dieux platement ressemblant à des éphèbes issus de publicité modernes par exemple. On pourra trouver qu'a part Thésée et Hypérion, le reste des personnages n'est pas très développé. Que du fait que ça a été tourné pour la 3D, sur un dvd ou blu-ray basique, ben, c'est vachement sombre (oui là je suis d'accord).

    Mais on pourra aussi comme c'est mon cas, être fasciné par cette épopée modifiée et retravaillée d'une manière assez inédite, voir que Tarsem s'approprie tout et fonce dans la seule idée de penser à travailler le mouvement, être cloué par ces moments où le ralenti fonctionne comme un capteur de beauté, et ce même pour capter l'horreur de démembrements bien sanglants. Le réalisateur livre même parfois un chant lyrique sur la cruauté où chaque torture, aussi horrible soit-elle ne peut que fasciner par sa rapidité d'execution et un certain raffinement. Les chairs sont violentées, seul le chaos domine et veut vivre. Au fond de tout ça, je maintiens que ce film palpite et possède une certaine beauté. Et pour tout ça oui, j'aime bien ce film.



    chro' plus longue et détaillée avec des captures du film sur le blog (suivez le lien). :)

    Site web:  http://dvdtator.canalblog.com/archives/2012/04/01/23910528.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites