La nuit des traquées

    J'aime:
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    recommander à mes amis
    BANDE ANNONCE

    La nuit des traquées

    UTILISATEURS
    (3 pour 2 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    1980
    PAYS:
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    La nuit des traquées : films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Les Démoniaques
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Requiem pour un vampire
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Le Frisson des vampires
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La Vampire Nue
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Le viol du vampire
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La Nuit des horloges
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du Film La nuit des traquées

    Photos du Film La nuit des traquées

    Ajouter une photo du film La nuit des traquées

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de La nuit des traquées

    Listes avec le Film La nuit des traquées

    Ajouter une liste au film La nuit des traquées
    Le film érotique français est issu d’une très longue tradition présente dès les débuts du cinéma. Comme les films pornographiques, les films érotiques ont toujours existé même si leur âge d’or se situe...
    Depuis quelques années, on assiste à un renouvellement du cinéma de genre français. Du Thriller au film fantastique en passant par le cinéma d’horreur-épouvante, les spectateurs et amateurs de film de genre...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film La nuit des traquées
    Nio_Lynes
    Le 20/03/2015
    227 critiques
    Après Jean Rollin écrivain (cf lien sur le blog en bas), Jean Rollin cinéaste, fonction pour laquelle il est encore normalement reconnu d'ailleurs.

    Je lis ici et là généralement que le cinéma de Rollin se prête au nanar fauché mais pour en avoir vu déjà deux (dont celui-là) et avec la même personne qui m'y a initié (il se reconnaîtra), je dirais qu'il faut nuancer en fait très largement celà.


    Pour moi le cinéma de Rollin aborde le fantastique et l'horreur par un versant poétique, onirique et avec une certaine innocence qui marchera d'autant plus si vous avez gardé une part de grand enfant en vous. Je suis même assez admiratif de la manière qu'à Rollin de placer les grands ensembles français, les décors archi-urbains au sein de sa mise en scène et d'en tenir compte. Je crois que cela suffit à faire passer que ses acteurs ne soient pas forcément bons mais qu'il y ait vu en eux le petit "plus", le petit déclic qui peut faire pencher le film sur la fragile ligne de démarcation du goût. D'autant plus qu'il y croit à son film, c'est bête à dire mais ça fait plaisir de voir quelqu'un filmer ce en quoi il croit profondément, quitte à ce que ça puisse paraître déplacé ou déjà vu pour certains. Il faut prendre le risque de se hisser le regard sur un autre point de vue et c'est en cela que le cinéma de Rollin est une certaine prise de risque.


    Donc, après l'excellent Lèvres de sang (bénéficiant de deux affiches fabuleuses du grand Caza pour l'anecdote) vu auparavant, Rollin nous bâtit non plus une histoire de vampires mais un thriller paranoïaque avec une légère pointe de fantastique.

    Plongeant dans l'histoire de deux jeunes filles amnésiques (avec une Brigitte Lahaie qui m'a semblé avoir un peu de mal au début), le regretté cinéaste nous emmène dans des décors de bétons, froides tours de verre entre Paris et La Défense dans un complexe psychiatrique inhospitalier et comme labyrinthique.

    Contrairement à Lèvres de sang, j'ai eu un peu de mal à adhérer totalement dès le début (le personnage principal masculin étant assez fadasse, heureusement Rollin semble en avoir conscience et l'évacue des 3/4 du film jusqu'à la fin) mais plus le film passait plus j'étais conquis.

    Rollin travaille son ambiance de pair avec l'histoire et en ayant conscience de l'impact des décors, des personnages, de la musique, qui forment un tout indissociables de son oeuvre. Bref, belle découverte à nouveau et merci à mon pourvoyeur de Rollin !

    Site web:  http://dvdtator.canalblog.com/archives/2015/03/13/31668571.html
     Fermer Fermer