La Chair et le Sang

|       1 |
ma note
je suis fan
ajouter à mes films
 Fermer 

Note : 


ecrire mon avis/critique
recommander à mes amis
BANDE ANNONCE

La Chair et le Sang

UTILISATEURS
(2.5 pour 3 notes)
REALISATION:
ANNEE:
1985
PAYS:
Espagne,Etats-Unis,...
ACTEURS:
+ Fiche complète

La Chair et le Sang : films proches

<
1
2
>
Affiche du film Ladyhawke, la femme de la nuit
Film
 Fermer 

Note : 


Affiche du film Braveheart
Film
 Fermer 

Note : 


Affiche du film Turkish Délices
Film
 Fermer 

Note : 


Affiche du film Bruegel, le moulin et la croix
Film
 Fermer 

Note : 


Affiche du film Jeanne d&#039;Arc
Film
 Fermer 

Note : 


Affiche du film Barberousse, l&#039;empereur de la mort
Film
 Fermer 

Note : 


La Chair et le Sang : ADN

Emotions : Extrême/ sensations fortes | Palpitant | Triste | Violent
Genres : Drame|Aventure

Synopsis du Film La Chair et le Sang

Photos du Film La Chair et le Sang

Ajouter une photo du film La Chair et le Sang

Extraits de films, bande-annonces

Vous pouvez ajouter un extrait de film de La Chair et le Sang

Listes avec le Film La Chair et le Sang

Ajouter une liste au film La Chair et le Sang
187 Films
7785 Vues
1 Favoris
1618 Films
5533 Vues
1 Favoris
61 Films
3043 Vues
0 Favoris

vos dernières critiques de film

Ajouter une critique au film La Chair et le Sang
jeremie747
Le 09/07/2010
264 critiques
"La Chair et le Sang" est incontestablement un film complètement raté. Présenté par certains comme un successeur de l'inoubliable "Excalibur" de John Boorman, on aurait plutôt tendance à chercher du côté de "Conan le Barbare" pour décrire la ringardise 80's d'un film où Paul Verhoeven sombre régulièrement dans le nanar. On se prend donc souvent à hurler de rire devant le spectacle un peu grotesque d'un curé illuminé vociférant des prophéties idiotes, de la coupe "mulet" du héros ou encore de scènes de batailles très cheap où une armée composée de sept malheureux chevaliers attaque un chateau défendu par une poignée de renégats dépenaillés à coup de tranches de chiens pestiférés... Malgré tout, il y a toujours chez ce cinéaste une obsession charnelle qui fascine, une absence de pudeur assez baroque. Comme dans "Basic Instinct" ou "Black Book", c'est une femme ardente, ambiguë et souvent dévêtue qui se retrouve au coeur de l'intrigue. Jennifer Jason Leigh y tient le joli rôle d'une innocente victime qui, prenant conscience de sa sensualité et du pouvoir qu'elle lui confère, se rend maîtresse de son destin... un nanar d'auteur, donc.

 Fermer