Toutes les critiques de films
    Critique publiée à l'origine sur mon blog Critiquedudimanche.

    Film interdit aux moins de 16 ans, quand même, je pensais naïvement que c'était parce que le vieux fou allait leur apprendre la vie à coups de hache. En mode qui fait peur avec du sang partout. ET BEN PAS DU TOUT, c'est encore plus tordu que ça. Accrochez-vous.

    Bon déjà le début c'est lent, ça crie, ça tambourine, la caméra tourne en mode tourbillon ça donne envie de vomir. Ça commence bien hein ? C'est que le début. Je m'attendais pas à ce style, je suis forcément surpris, mais bon heureusement ça dure que 1h19. Les deux jeunes arrivent, super. À partir de là ça va découper dans tous les sens, pas les personnages rappelez-vous c'est pas de ça dont il s'agit, mais le récit en lui même, les scènes s'enchaînent très très mal, aucun rapport, une suite de scènes de 3 minutes pour faire un film. Osé. 



    Le personnage principal est sympa, c'est un malade, un fou furieux, bien interprété, mais il nous donne les clés pour comprendre ce film en expliquant à la jeune fille que quand tu vis avec d'autres gens autour de toi, comme elle, tu limites tes pensées. Tu préfères penser à autre chose qu'à l'inceste, parce que c'est pas bien. Alors que lui et sa solitude, il a tout le temps de penser à ça et ça lui ouvre l'esprit comme pas possible.

    Tu le vois venir le moins de 16 ans ? Parce qu'avec cette philosophie, plus de limite, tout est permis. Allez, c'est parti pour une succession de scènes qui se veulent choquantes, du sexe en gros plan, des sexes en gros plan (subtile nuance), de l'inceste, encore un peu de masturbations pour le fun oh et puis tient, la fille qui a ses règles là, y'a pas quelque chose à faire avec la bouche du mec ? Ouais allez on est des oufs, action ! Comment ? Il reste du budget ? Rajoutez moi deux acteurs alors, ils sortent de nul part mais c'est pas grave. Ok, le premier tu me l'égorges stp, il nous reste des poches de faux sang. Pourquoi on l'égorge ? Mais qu'est-ce qu'on s'en fout, y'aura toujours des spectateurs qui penseront à une allégorie du régime putschist reprenant la métaphore du soi et de l'entre-soi. Amène la deuxième pour la scène de viol lesbien, si avec ça on se fait pas remarquer !



    Peut-être, il y a une signification à tout ça, un sens caché, bien caché, et que je suis passé à côté. Mais pour moi ce film est nul, naze de chez naze, ne fait pas réfléchir, veut choquer, peut-être pour faire parler de lui. La lumière est parfaite, l'actrice fait une belle performance, le vieux fou aussi, mais plus par sa tête qu'autre chose, le jeune est mou. Mais ça sauve pas le film, désolé.

    Conclusion
    C'est mieux de se renseigner sur ce film avant de le voir, parce que c'est très particulier et ça ne plaira pas à tout le monde. Un rythme lent, des mini-scènes mises bout à bout plutôt qu'un film à part entière, certaines qui se veulent choquantes et qui le sont par leur nullité et leur absence de sens. Peut-être que vous en trouverez un en cherchant bien, mais il ne mérite pas que je cherche à le comprendre. 0/10.

    Bonus DVD
    Court métrage

    Y'en a deux, du même réalisateur. En gros sur un DVD vous avez l'intégral de ce jeune réalisateur. Sympa sur le principe, sur la qualité, vous connaissez mon opinion.

    Interviews

    Du réalisateur et des acteurs. Quelques infos sur le film, rien d'extraordinaire. Dans la version que j'ai reçue, les questions sont parfois posées deux fois avec des réponses similaires comme si ils avaient mis toutes les prises. Bonjour la spontanéité.

    Bandes-annonces :

    La bande annonce du film qui ne cache pas le grand n'importe quoi. Et une bande annonce sur Blaq Market pour découvrir d'autres films.

    Versions :

    Son stéréo ou 5.1. Que de la V.O.S.T.F. J'ai pris le stéréo, le volume sonore était médiocre. Ob entends rien quand ils parlent, je mets plus fort, les autres bruits sont trop présents, c'est pas au point.

    La boîte :

    Je pense que j'ai pas eu la version commerciale, juste un joli carton.

    En bref, des petits bonus intéressants dès qu'on apprécie le film.

    Site web:  https://critiquedudimanche.wordpress.com/2017/12/24/we-are-the-flesh-attention-danger-0-10/
    Affiche du film Fight Club
    Fight Club
    Par LeCineDuDimanche Le 05/02/2018
    Mon film préféré, pourquoi ?

    Déjà le casting, Edward Norton et Bratt Pitt au premier plan, dirigé par Fincher.
    Les plans, les scènes, les répliques, le jeu d'acteur, l'histoire, le rapport à la réalité, les sujets abordés, juste génial.

    On ne peut mourrir sans avoir vu ce film...

    « Only the Brave » est un très bon film alliant la catastrophe, l’action et le drame. L’histoire est originale, car elle permet de développer un sujet à la fois réel et original. L’intrigue est bien construite et on évite l’écueil de l’excès du mélodrame au moment le plus gravissime de l’action. La distribution offre de très bonnes prestations, avec un petit plus pour Jennifer Connelly. Les effets spéciaux sont particulièrement impressionnants. Un métrage qui offre un bel hommage à des hommes courageux qui ont sacrifié leur propre vie pour protéger des milliers d’autres. À voir …

    Site web:  https://wp.me/p5woqV-5qV
    « Thor: Ragnarok » est un excellent film de super-héros, disposant d’une histoire sympathique mettant en scène de nombreuses scènes d’action. Les effets spéciaux sont époustouflants et le rythme est plutôt appuyé, pas vraiment le temps de s’ennuyer. La photographie propose différents visuels de monde particulier. Une belle place est faite à une forme de comédie, suffisamment fine pour ne pas devenir ridicule, s’intégrant parfaitement aux situations et aux personnages. La distribution offre de très bonnes prestations, proposant un Jeff Goldblum des grands jours. La bande originale Mark Mothersbaugh est vraiment savoureuse. L’ensemble est un divertissement de premier plan, pop-corn et coca, bien calé dans son fauteuil.

    Site web:  https://wp.me/p5woqV-5rk
    « Angel Heart » est un bon film d’horreur psychologique doté d’une histoire particulièrement sombre et d’une ambiance de plus en plus pesante et funeste. Le rythme est un petit peu lent, et le métrage souffre d’une certaine longueur. L’intrigue est très bien construite, laissant longuement planer le doute sur la véritable nature des différents personnages. La distribution offre de très bonnes prestations. La prestation de Mickey Rouke est nettement au-dessus du lot, et la performance de Lisa Bonet est à souligner pour son audace et sa hardiesse. Un métrage qui se présente aujourd’hui comme un film culte, statut qui est peut-être aussi exagéré que le rejet dont il a fait l’objet lors de sa sortie.

    Site web:  https://wp.me/p5woqV-5rL
    « L’Armée des 12 Singes » est un film de science-fiction atypique développant une atmosphère particulière construite autour du voyage à travers le temps et de la folie. L’intrigue est très bien orchestrée, laissant planer le doute sur les notions de réalité et de délire mental. Le rythme est assez soutenu, mais le métrage souffre cependant quand même de certaines lenteurs. La photographie est à l’image de l’ambiance, souvent sombre, inquiétante, voire lugubre. La distribution offre de très bonnes prestations, dominées par la performance de Bruce Willis, mais plus encore par celle de Brad Pitt. Un film original qui se laisse encore agréablement regarder malgré le poids des années…

    Site web:  https://wp.me/p5woqV-5si
    Affiche du film Bobby
    Bobby
    Par le_Bison Le 08/02/2018
    Il est dit que chaque américain se souvient précisément où il était et ce qu’il faisait le 22 novembre 1963, à part peut-être George Bush. Cinq années ont passé, mais la politique n’a pas changé. A l’Hôtel Ambassador, c’est le soir du grand bal, celui de la réception du sénateur Bobby Kennedy, candidat aux primaires de Californie, pour le dépouillement des premiers votes et probablement la marche vers l’investiture royale, celle du trône de la Maison Blanche. Là encore, une date mémorable ce 5 juin 1968 qui marqua la vie de nombreux militants et américains qui voulaient justement une Amérique qui change, une Amérique plus juste. Bobby promettait la fin du Viet-Nam, des mesures plus sociales, la voix aux minorités. Malgré la richesse de son nom, il est le seul homme à vouloir redistribuer les rôles et les richesses. Mais voilà, comme chacun sait, Bobby s’est fait descendre ce soir-là à l’Hôtel Ambassador. On ne fait pas bouger l’Amérique sans en payer le prix.

    Emilio Estevez mettra des années à réaliser cet ambitieux projet. Pari réussi pour ma part, en grande partie. Bien sûr, le film est essentiellement bavard, mais le réalisateur a pris un autre parti pris, celui de mettre de côté Bobby, qui n’apparaît qu’en filigrane dans ce récit, pour s’intéresser essentiellement aux (petites) gens qui étaient présents ce soir-là à l’hôtel. 22 destins pour un moment d'Histoire. Et pour cela, il aligne les vedettes, les stars, les noms dont chacun pourrait tenir une tête d’affiche. Là, ils se la partagent tous, à part presque égale, parce que chacun n’a au final qu’un petit rôle dans ce film, mais l’enjeu est de montrer l’Amérique et non pas de se montrer. Sur cette affiche, Anthony Hopkins, William H. Macy, Martin Sheen, Harry Belafonte, Laurence Fishburne, Christian Slater, Elijah Wood… Helen Hunt, Sharon Stone, Demi Moore… Mais la véritable vedette de ce film reste, malgré tout, la défaite de l’Amérique. Une perte dont elle ne pourra et ne saura s’en remettre et qui entraînera probablement le chaos mondial de nos jours actuels. L’Amérique est morte ce soir-là, comme Bobby et les espoirs qu’il suscitait.

    Site web:  https://memoiresdebison.blogspot.fr/2018/02/hotel-ambassador-5-juin-1968.html
    « L’un dans l’autre » est une bonne comédie, disposant d’une histoire amusante sur un thème familier. L’intrigue est agréable, drôle, sans basculer dans l’exagération, sans abuser des clichés tout en détournant les stéréotypes. Le rythme est plaisant, et le format d’une heure et demie est parfait pour le développement proposé. La distribution offre de bonnes prestations tout en étant dominée par les performances de Louise Bourgoin et Stéphane De Groodt. L’ensemble remplit pleinement sa fonction de divertissement sans être hilarant à outrance.

    Site web:  https://wp.me/p5woqV-5sJ
    « Spider-Man: Homecoming » est un très bon film de super-héros et probablement le meilleur des métrages dédiés à ce personnage Marvel. L’histoire est dynamique et les scènes d’action s’enchaînent tout en étant parfaitement orchestrées. L’intrigue est correcte, mais quelque peu familière. Le rythme est excellent et on appréciera le ton léger et la qualité des effets spéciaux, toujours à couper le souffle dans l’univers Marvel. La distribution offre de très bonnes prestations, notamment Tom Holland qui propose un Peter Parker plus jeune et plus optimiste que ces prédécesseurs, ainsi que Michael Keaton qui délivre une superbe performance. L’ensemble est un savoureux divertissement qui apporte de la bonne humeur pour plusieurs journées.

    Site web:  https://wp.me/p5woqV-5sX
    « Black Coal » est un thriller policier défectueux, disposant d’une histoire intéressante et d’une intrigue familière, mais d’un développement et surtout d’une mise en scène horrible à souhait. Bien que primé à la Berlinale de 2014, ce métrage est purement indigeste et s’avère être sauvé de courroux uniquement en raison de la qualité de la prestation des deux acteurs principaux, pour le reste, c’est à classer directement aux oubliettes.

    Site web:  https://wp.me/p5woqV-5tB
    page 1
    >
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites